fbpx
Actualités
Partager sur

Nice : une enfant de 11 ans meurt en inhalant du déodorant

Nice : un enfant de 11 ans meurt en inhalant du déodorant

Un enfant de 11 ans a été retrouvé mort à Nice dans un parking sous-terrain. Ne présentant aucune blessure apparente, sa mort serait due à l'inhalation volontaire de déodorant

Les policiers de la ville de Nice ont fait ce matin une macabre découverte : un enfant de 11 ans gisait sans vie dans un parking sous-terrain près de la gare de la ville. L’alerte a initialement été donnée par des adolescents du quartier Saint-Etienne, jeudi soir aux alentours de 21 heures. D’après les premiers éléments de l’enquête, son décès serait dû à une inhalation de déodorant.

Le corps de la victime ne présentait aucune blessure apparente

Lorsque les policiers sont arrivés sur place, l’enfant ne présentait aucune blessure apparente. Il n’y avait par ailleurs aucune raison apparente justifiant la présence de la victime dans le parking sous-terrain à cette heure de la nuit.

Suite au premiers résultats de l’enquête, la cause probable de la mort de jeune garçon a pu être déterminée : Il y a de fortes chances que les jeunes sniffaient du déodorant en aérosol, avec un chiffon sur la bouche a déclaré une source policière.

L’inhalation de déodorant, une pratique répandue chez les ados

Cette pratique, très prisée par les adolescents, consiste à inhaler le gaz d’un aérosol comme les déodorants afin de de ressentir un certaine « ivresse ». Un comportement dangereux qui fait des émules par le caractère non prohibé de son produit. Cette consommation, souvent pratiquée avec des aérosols tels que les bombes nettoyantes informatiques (appelées aussi bombe d’air sec) fait un tabac chez les jeunes car elle entraîneraient un état proche de l’ivresse, rendraient la voix grave pendant quelques secondes et peuvent mettre son consommateur dans un état d’hilarité ou lui procurer quelques hallucinations.

Néanmoins, l’inhalation s’accompagne d’une accélération des battements du cœur pouvant entraîner des arrêts cardiaques, ce qui conduits à des drames comme celui survenu à Nice, mais aussi à Brest, deux ans plutôt dans des conditions similaires.

Photo ©Franck Fernandes

Sources : Nice-Matin, Midi Libre