fbpx
Actualités
Partager sur

Une femme de 64 ans retrouvée morte et dévorée par son Yorkshire

Une femme de 64 ans retrouvée morte et dévorée par son Yorkshire

Une toulousaine de 64 a été retrouvée morte, seule dans sa maison. Son Yorkshire avait dévoré une grande partie de son corps

Une femme âgé de 64 ans a été retrouvée morte dans sa maison à Toulouse, le corps partiellement dévoré par son chien, un Yorkshire. Ce sont les voisins du logement se trouvant dans les allées de Barcelone, sur les bords de la Garonette, qui ont été alertés par une odeur pestilentielle qui émanait.

Ils ont alors prévenus les secours qui ont découvert, en arrivant sur les lieux, le corps de la femme gisant sur le sol, en décomposition. C’est alors qu’ils ont constaté que la femme âgée avait été partiellement dévorée. Il ont rapidement compris que c’est l’autre habitant du logement qui avait mangé les bouts de chairs manquants : le Yorkshire de la victime.

Le Yorkshire n’est pas à l’origine du décès

La police a rapidement été prévenue et a ouvert une enquête. Il semblerait que la femme soit morte de causes naturelles un mois plus tôt. Personne de son entourage ne s’était soucié de son silence et elle vivait seule avec son Yorkshire.

Ce fait divers rappelle une triste réalité : la solitude que subissent de nombreuses personnes âgées, souvent abandonnées à elles-même, loin de leur famille, ou tout simplement oubliées.

La solitude des personnes âgées de nouveau pointée du doigt

Depuis la grande canicule qu’a connu la France en 2003, la forte solitude à laquelle font face les personnes âgées a été révélée au grand jour et impulsé la création de nombreuses associations comme « Les Petits Frères » qui s’attelle à accompagner ces personnes pour éviter qu’elle se sentent abandonnées et ne meurent dans l’indifférence générale, comme c’est le cas de cette toulousaine.

Le tableau n’est cependant pas tout noir puisqu’une récente étude publiée par le journal Le Monde rapporte que 90% des personnes âgées se sentent actuellement bien entourées.

Source : La Dépêche