fbpx
Actualités
Partager sur

Attentat à Boston : blessé, le principal suspect commence à parler

Attentat à Boston : blessé, le principal suspect commence à parler
Partager
Partager sur Facebook

Djokhar Tsarnaev, principal suspect des attentats de Boston a commencé à répondre par écrit aux questions du FBI. Sérieusement blessé, notamment à la gorge, il a repris connaissance dimanche soir

Hospitalisé après une chasse à l’homme de 24 heures, Djokhar Tsarnaev, soupçonné d’être l’auteur, avec son frère ainé, des attentats de Boston, a repris connaissance dimanche soir. Sérieusement blessé à la gorge et à la nuque, c’est donc par écrit que le jeune homme de 19 ans a répondu aux premières questions du FBI. La chaine américaine ABC affirme que, selon des sources policières anonymes, l’individu répondait de manière sporadique.

Il faut dire que le jeune Américain d’origine tchétchène serait sérieusement touché à deux endroits et aurait perdu beaucoup de sang selon les chaines de télévision américaines. L’objectif pour les enquêteurs du FBI est de savoir si des bombes non déclenchées existent et si les deux frères ont agi seuls ou avec des complices. Le terroriste présumé est actuellement soigné dans le même hôpital que certaines victimes des attentats du marathon qui a fait trois morts et 180 blessés.

Un justiciable pas comme les autres

La sécurité nationale des Etats-Unis étant menacée, le statut juridique du jeune Djokhar Tsarnaev diffère pour l’occasion. Pour connaître le maximum d’informations possibles, les enquêteurs vont soulever l’exception de sécurité publique pour l’interroger rapporte l’AFP. Cela veut dire qu’il ne pourra pas garder le silence ni demander la présence d’un avocat, deux droits que l’on appelle les droits Miranda aux USA.

Pour certains sénateurs, la nature des actes de Djokhar Tsarnaev mérite le statut d’ennemi combattant. Ce qui veut dire que la personne peut être détenue indéfiniment même sans procès et jugée par un tribunal militaire. C’est le cas de tout ceux qui se trouvent aujourd’hui dans la prison de Guantanamo.

Source : AFP.

J. L.