fbpx
Actualités
Partager sur

Procès : Alexandre, 17 ans, brûlé par ses amis

Procès : Alexandre, 17 ans, brûlé par ses amis
Partager
Partager sur Facebook

Mars 2012, quatre jeunes adolescents préméditent l’assassinat d’un de leur ami, Alexandre, en le tuant de deux balles dans la nuque. Mardi 21 mai, un an après le meurtre, le procès des quatre jeunes s’ouvre

Alexandre 17 ans ne reviendra pas a confié à RTL Anna Castaldo, la mère de l’adolescent, qui n’attend rien de ce procès. Tué en 2012 par quatre de ses camarades, le garçon avait pris deux balles dans la nuque avant d’être aspergé d’essence et brulé dans une forêt de Seine-Maritime. Ce procès pour cette mère qui ne fait que penser à la mort de son enfant depuis un an est une nouvelle épreuve très difficile : J’essaie de m’accrocher avec tout ce qui m’entoure, notamment en étant sans cesse avec les amis d’Alexandre. Une audience qui se tiendra à huit clos devant la cour d’assises des mineurs de Rouen et par le tribunal pour enfants de Dieppe. Les quatre adolescents âgés de 15 à 17 ans au moment des faits, à cause de leur minorité, encourent une peine de 20 ans de réclusion criminelle.

Une histoire désarmante

Lorsqu’Anna Castaldo se réveille, son fils Alexandre le matin du 27 mars, n’est pas dans son lit. Son corps en train de bruler, a été retrouvé par deux agents de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage. Quatre camarades d’Alexandre sont les présumés coupable de cet acte terrible, et pendant leur garde à vue dans la ville de Rouen, ils finissent par avouer le meurtre. Le lieutenant-colonel Jeannin, dirigeant de la section de recherche de Haute-Normandie reste incrédule devant la radicalité absolue de leur geste, digne de criminels chevronnés, mélangée à une naïveté profonde, qui leur a fait croire qu’en mettant le feu au corps on ne pourrait pas l’identifier . De plus les principaux suspects n’affichent aucun signe de regret si ce n’est celui de s’être fait prendre par les gendarmes. Les garçons étaient devenus amis depuis plusieurs années.

Il a été surpris qu’Alexandre ne meurt pas sur le coup

Peu avant le meurtre, Alexandre dormait chez un des quatre garçons. Il y trouve un écran de télévision écran plat dans la chambre du jeune homme. Il fait alors tout de suite le lien avec un cambriolage fait récemment dans la région. Les jeunes pendant le cambriolage, en plus d’avoir volé la télévision avaient aussi récupéré une arme à feux et des munitions. Les jeunes hommes prennent peur qu’Antoine les balance : tuer Alexandre leur apparaît comme une évidence. Le jeune homme se fait prendre au piège le dimanche soir, et retrouve les quatre garçons dans les bois, sans se méfier il s’assied sur un rondin de bois. Un de ses amis passe derrière lui pour lui tirer une balle dans la nuque : Il a été surpris qu’Alexandre ne meurt pas sur le coup , explique le lieutenant-colonel de gendarmerie. Une deuxième balle est rapidement tirée pour achever le jeune homme. Son corps est alors incendié avec de l’essence de mobylette. Les adolescents s’enfuient par la suite. Une histoire sordide qui se fermera définitivement avec l’ouverture du procès ce mardi.

Clémence Rouvellat

Source : Le Nouvel Observateur

Photo CC @CHARLY TRIBALLEAU / AFP