fbpx
Actualités
Partager sur

Menace de tuerie dans le Bas-Rhin, les lycées sous haute-surveillance

Menace de tuerie dans le Bas-Rhin, les lycées sous haute-surveillance

Le message posté mardi par un jeune homme sur le site jeuxvideo.com inquiète énormément les autorités. L’homme menace d’utiliser une arme dans un lycée du Bas-Rhin. 59 lycées ont été mis sous haute surveillance car l’auteur de ces menaces n’a pas encore été retrouvé

Le message posté sur le forum jeuxvideo.com d’un cyber café de Strasbourg panique la population du Bas-Rhin, tout comme les autorités qui ont pris la menace très au sérieux. Un homme sous le pseudonyme homme mort décrit sa situation de vie qu’il considère comme merdique. De plus, il menace d’utiliser une arme à feu dans un lycée, dont le nom n’est pas dévoilé par l’auteur, dans le département du Bas-Rhin : Je sais comment l’utiliser, et je l’utiliserai, croyez-moi (…) J’habite dans une certaine ville, où se trouve un certain lycée, et vendredi, je laisse ma trace dans l’histoire. La vie de beaucoup de gens, dont la mienne, finira ce jour-là. Je dis vendredi, car j’ai besoin d’encore quelques préparations, et pour laisser une chance à la police.

Différentes pistes

Deux frères ont été interpellés à leur domicile familial à Autun, en Saône-et-Loire, samedi matin. Après avoir été entendus en audition libre ils sont repartis un peu plus tard dans la matinée : aucune charge n’a été retenue contre les deux hommes. Pourtant les enquêteurs y croyaient, car l’un d’eux était un habitué des forums internet et habitait Strasbourg. Un autre jeune homme a été interpellé dimanche à cause de sa forte ressemblance avec la photo du suspect. Le jeune garçon a été relâché très rapidement lui aussi, car rien ne permettait de l’incriminer, comme l’a expliqué la vice-procureur Lydia Pflug.

59 lycées sous surveillance

Un dispositif exceptionnel de 750 policiers et gendarmes a été mis en place pour assurer la sécurité de 59 lycées publics et privés dans le département du Bas-Rhin. Les élèves sont peu rassurés et se font récupérer par leurs parents à la sortie du lycée depuis quelques jours. Un appel à témoin a été lancé pour tenter d’identifier le jeune homme sur la photo provenant des images de vidéo-surveillance. Une menace que le ministre de l’Intérieur Manuel Valls a décidé de ne pas prendre à la légère : Nous avons décidé de la prendre au sérieux a-t-il affirmé.

Clémence Rouvellat