fbpx
Actualités
Partager sur

Matchs truqués : l’actionnaire principal de Nîmes reconnaît son implication

Matchs truqués l'actionnaire principal de Nîmes reconnaît son implication

L'étau se resserre autour du Nîmes Olympique, dont l'actionnaire principal Serge Kasparian a reconnu son implication dans l'affaire des matchs truqués

Le foot français est actuellement secoué par une série de scandales qui risquent bien de ternir son image. Alors que le président de l’OM, Vincent Labrune, a été relâché hier après avoir été entendu dans une affaire mettant en lumière les liens du club avec le crime organisé, tous les regards sont désormais tournés vers le Nîmes Olympique. Le club de Ligue 2 est impliqué dans une affaire de matchs truqués, qui remettent en cause son maintien à l’échelon inférieur de l’élite. Des soupçons qui se sont transformés en certitudes lorsque l’actionnaire principal de Nîmes, Serge Kasparian, a admis être impliqué dans trois matchs truqués la saison dernière.

Nîmes dans la tourmente

L’information vient de nos confrères du Parisien, qui annoncent ce matin que l’homme d’affaire, ancien brasseur et responsable du cercle de jeu parisien Cadet a reconnu son implication devant les enquêteurs du service central des courses et jeux (SCCJ) à Nanterre (Hauts-de-Seine). Comme indiqué la veille, trois matchs sont concernés, face au Dijon Football, au CA Bastiais et, surtout, au Stade Malherbe de Caen, qui évolue actuellement en Ligue 1. Jean-Marc Conrad, le président du Nîmes Olympique, a lui fait valoir son droit au silence. Son homologue du club de Caen, Jean-François Fortin, nie les accusations lancées contre lui.

Toujours selon Le Parisien, Kasparian aurait décidé de prendre le contrôle des crocodiles de Nîmes pour accroître sa présence médiatique. Dans ce but, un maintien en Ligue 2 était obligatoire, à une époque où le club se traînait dans la zone de relégation. En se maintenant en Ligue 2, le club de Nîmes a pu disposer de subventions et de droits télé qu’il n’aurait pas pu conserver en cas de descente en National, affirme une source proche du dossier. Les responsabilités des divers personnalités impliquées dans l’affaire doivent encore être établies mais une chose est sûre, c’est un scandale dont le foot français risque d’entendre parler pendant encore un moment.