fbpx
Actualités
Partager sur

Corruption, matchs truqués, l’OM et Nîmes en plein scandale

Corruption, matches truqués, l'OM et Nîmes en plein scandale

Le football français est actuellement au cœur de plusieurs scandales visant les clubs de l'OM et de Nîmes, soupçonnés de corruption et de matches truqués

Grosses chaleurs à la Commanderie. Alors que l’OM est actuellement en tête de la Ligue 1, le club phocéen se retrouve, une nouvelle fois, au cœur d’une affaire judiciaire. Mardi, trois de ses présidents, Pape Diouf, Jean-Claude Dassier et Vicent Labrune, étaient placés en garde à vue dans le cadre d’une enquête sur le transfert de leur attaquant André-Pierre Gignac. Dans le même temps, un autre scandale éclatait, visant cette fois un club de Ligue 2, le Nîmes Olympique, soupçonné de s’être arrangé pour plusieurs matchs la saison dernière. Rien ne va plus pour le football Français.

Les crocodiles risquent de pleurer

La grosse affaire, celle qui indigne le président de la Ligue Jean-Claude Thiriez, c’est bien celle de ses matches truqués. Dans le collimateur des autorités, le club des crocodiles de Nîmes, accusé de s’être arrangé pour arranger les résultats de trois de ses matchs. C’est Le Canard Enchaîné qui dévoile l’affaire, en publiant des écoutes téléphoniques accablantes pour le président du club Jean-Marc Conrad. Celui-ci aurait contacté les dirigeants d’autres clubs de Ligue 2 pour tenter de les convaincre de jouer doucement face à son équipe, à l’époque 19ème du championnat et en danger de relégation.

Trois matchs sont concernés : celui face au CA Bastia, qui aurait refusé les avances de Conrad en raison de leur propre situation au classement, alors que les Corses étaient lanterne rouge ; celui face à Dijon, qui avait accepté de ne pas se donner à 100 %…mais avait tout de même remporté la rencontre 5-1 avec leur équipe bis ; et celui face à Caen, qui s’était soldé par un match nul assurant le maintien de Nîmes et la montée du Stade Malherbe. En échange de ce cadeau, Conrad aurait offert 400 bouteilles de vin à son homologue Caennais.

Une affaire qui éclate donc au moment où un autre club, plus habitué des scandales et affaires de corruption, se retrouve une nouvelle fois sur la sellette. Le parquet de Marseille a en effet officiellement ouvert une enquête sur le transfert de Gignac à l’OM en 2010, qui aurait fait l’objet de fraudes en faveur du milieu de la mafia. Le club phocéen est régulièrement mis en cause pour des soupçons de liens avec le grand banditisme. En 2011, déjà, une information judiciaire avait été ouverte pour extorsion de fonds en bande organisée, blanchiment et association de malfaiteurs. Pour le moment, les yeux des dirigeants sont tournés vers Nîmes. Mais le leader de Ligue 1 pourrait-il également être inquiété ? À force de jouer avec le feu, les Marseillais pourraient finir par se brûler…