fbpx
Actualités
Partager sur

Fraude fiscale : Pierre Condamin-Gerbier affirme qu'il ne donnera pas de noms

L’ancien associé de la banque Reyl et Cie à Genève avait affirmé détenir une liste de quinze ministres et anciens ministres français détenant des comptes non-déclarés en Suisse. Aujourd’hui l’homme déclare qu’il ne donnera aucun nom et que ses propos ont été déformés

L’enquête a été ouverte il y a quelques jours pour blanchiment de fraude fiscale, après qu’un homme, Pierre Condamin-Gerbier, ancien associé de la banque Reyl ait affirmé détenir une liste de quinze ministres et anciens ministres français détenant un compte non-déclaré en Suisse. Cette nouvelle avait fait beaucoup de bruit, et en avait effrayé plus d’un. En effet, suite à ces déclarations, un document datant de 2008 avait été retrouvé et évoquait la possibilité que Pierre Condamin-Gerbier dise la vérité. Le document relatait une transaction de 23 millions d’euros entre un homme d’affaire et un politique français, dont le nom avait été changé.

Selon les dires de l’homme, il attendait le bon moment pour dévoiler sa liste, mais aujourd’hui il faut croire qu’il a changé d’avis. Il affirme désormais que ses propos ont été sortis de leur contexte par les médias français, et qu’il ne donnera aucun nom. Des découvertes ont été faites sur cet homme qui semble très contradictoire.

Un majordome plus qu’un banquier

Depuis 2010, Pierre Condamin-Gerbier n’a pas beaucoup travaillé, et seulement trois mois en tant que salarié en 2012 dans une banque de Genève selon Le Point. Depuis cette période, l’homme n’a jamais plus eu d’autres clients. On apprend aussi que l’homme ne s’est jamais occupé de compte en Suisse car son travail à lui n’était pas d’être banquier, mais d’être le concierge, pour de riches contribuables.

Un homme qui s’occupait simplement de répondre aux demandes personnelles des clients, comme, faire des allers retour pour leur ramener des produits typiquement français dont ils avaient envie. Le fait qu’il pourrait posséder une liste de politiques français possédant des comptes non-déclarés en Suisse en a donc étonné plus d’un : Je ne dis pas que Condamin-Gerbier n’a pas pu entendre parfois certaines indiscrétions dans les couloirs d’une banque, mais de là à posséder des listings complets sur les pedigrees d’hommes politiques qui frauderaient le fisc, explique un banquier de Genève.

Pourtant, Pierre Condamin-Gerbier est très paradoxal et son caractère est très difficile à cerner. Le seul moyen d’avoir les noms qu’il prétend avoir aurait été de voler certains documents. Pourtant, l’homme affirme qu’il n’a jamais violé le secret bancaire et surtout qu’il ne donnera aucun nom. Etrangement, Pierre Condamin-Gerbier, après ses révélations, a déclaré au quotidien Agefi qu’il admirait son patron et qu’il souhaitait renouer le contact avec lui. Pendant ce temps il fait de nouvelles déclarations en France en affirmant qu’il va donner la liste qu’il possède. Qui croire, et quels sont les vrais mensonges ? Quelle est la vérité dans cette affaire ?

Clémence Rouvellat

Photo CC @AFP/BORIS HEGER