fbpx
Actualités
Partager sur

Ils tombent sur les vidéos porno de leur père, et reproduisent les scènes

Ils tombent sur les vidéos porno de leur père, et reproduisent les scènes

Deux parents ont été condamnés pour avoir laissé leurs enfant visionner des vidéos pornographiques entre 2010 et 2013. Trois des quatre enfants reproduisaient les scènes des vidéos entre frères et soeurs

Pendant près de trois ans, une fratrie de quatre enfants âgés entre 6 et et 14 ans se sont adonnés à des actes sexuels après visionnage de vidéos porno appartenant à leur père. Les faits se sont déroulés en 2010 et 2013 : les quatre enfants, qui avaient été placés en famille d’accueil en 2006, se rendaient une fois par semaine chez leurs parents biologiques, comme l’autorise la loi. C’est sur l’ordinateur du père qu’ils trouvaient les films porno qu’il avait téléchargés.

Trois des quatre enfants reproduisent les scènes porno vues dans les films

Malgré les multiples tentatives de la sœur aînée de les effacer, ils réussissaient toujours à en visionner les films pornographiques. Le frère cadet ainsi que ses deux grandes sœurs s’adonnaient à des pratiques sexuelles qu’ils avaient vues dans ces vidéos. Le soir, ils pratiquaient fellations, pénétrations et sodomies entre frères et sœurs, sous l’influence de la plus grande des trois. Cette dernière a été mise en examen pour atteinte sexuelle par le juge des enfants. Seule la quatrième sœur, la plus âgée, ne participait pas à ces ébats consanguins. Selon elle, leur parents n’accordaient que peu d’importances au agissements de leurs enfants. De la lingerie coquine appartenant à la mère a même été retrouvée dans les affaires des bambins

Des parents attardés mentaux qui nient les faits avant d’être condamnés

Les parents, déficients mentaux s’étaient vus retirer la garde de leurs enfant pour défaut d’affection, d’éducation et d’hygiène. Lors de leur interrogatoire, ils ont nié en bloc les accusations de maltraitance. Ils ont finalement écopé de 12 et 8 mois d’emprisonnement avec sursis leur responsabilité ayant été considérée comme partielle. Aujourd’hui les enfants sont âgés de 9, 11, 15 et 17 ans et ont pour la plupart coupé les ponts avec leur parents. Seul le plus jeune continue de les voir.

Source : 20 minutes