fbpx
Actualités
Partager sur

Puy-en-Velay : ouverture du procès de Matthieu, meurtrier présumé d'Agnès

Le procès de Matthieu, 19 ans, s’ouvre ce mardi devant la cour d’assises de la Haute-Loire, au Puy-en-Velay. Le jeune homme est accusé d’avoir violé Julie en 2010 et d’avoir violé et assassiné Agnès Marin en 2011

Le procès de Matthieu M., 19 ans, s’est ouvert ce mardi matin devant la cour d’assises des mineurs de Haute-Loire, au Puy-en-Velay et se tiendra jusqu’au 28 juin. Le jeune homme est soupçonné d’avoir violé Julie*, le 1er août 2010 près de Nîmes et d’avoir violé et assassiné Agnès Marin, âgée de14 ans, le 16 novembre 2011, au Chambon-sur-Lignon.

La défense a demandé un huis clos, une décision contraire aux souhaits de la famille d’Agnès Marin. La victime survivante voudrait, quant à elle, un huis clos partiel. La cour devra trancher sur cette question dans la matinée.

Deux crimes similaires

Matthieu et Agnès étaient tous deux élèves au collège-lycée le Cévenol du Chambon-sur-Lignon. L’adolescent, âgé de 17 ans au moment des faits, a déclaré aux enquêteur avoir entraîné la jeune fille dans les bois pour y cueillir des champignons hallucinogènes. Une fois arrivés dans un endroit isolé, il a alors violé la collégienne, l’a poignardé et a brûlé son corps.

Un crime qui n’est pas sans rappelé celui commis sur Julie, mineure elle aussi. Il avait violé sa camarade d’enfance, sans la tuer.

Réclusion à perpétuité

Examiné après ce premier fait, le pédopsychiatre conclut qu’il ne présente aucune dangerosité et le juge lui accorde une libération conditionnelle après quatre mois de détention provisoire. Mais le 16 novembre 2011, il récidive. Les psychiatres lui découvrent un profil schizoïde, une perversité étonnante et une grande froideur par rapport aux actes qu’il a commis.

S’il est reconnu coupable, Matthieu risque vingt ans de réclusion voire la perpétuité si la cour ne retient pas l’excuse de la minorité.

* Le prénom de la victime, mineure au moment des faits, a été modifié

F. G.