fbpx
Actualités
Partager sur

Mariage pour tous : des échauffourées éclatent devant l’Assemblée nationale

Un rassemblement de manifestants « antis mariage pour tous » a dégénéré mercredi soir devant l’Assemblée nationale. Pierres, bouteilles et fusées ont volé sur les forces de l’ordre, onze personnes ont été interpellées

Le mouvement de protestation contre le mariage pour tous n’a plus grand chose de pacifiste. Alors qu’une manifestation était organisée mercredi à Paris pour protester contre l’examen en seconde lecture du projet de loi sur le mariage homosexuel par l’Assemblée nationale, des échauffourées ont éclaté entre manifestants et force de l’ordre.

Quelques centaines de personnes ont voulu rester sur place après 22h, l’heure limite autorisée par les autorités publiques rappelle l’AFP. Certains ont même tenté d’en découdre et de forcer les barrages policiers pour accéder à la rue menant à l’Assemblée nationale.

CRS et journalistes pris pour cibles

Selon l’AFP, des manifestants ont lancé des fusées, des bouteilles et des pierres sur les CRS et ont brisé les vitres d’une voiture. De quoi faire réagir les forces de l’ordre qui ont riposté avec des gaz lacrymogènes. Des journalistes présents sur place ont aussi été victimes d’attaques. Devant l’Assemblée nationale, certains journalistes ont été pris à partie par des militants d’extrême droite. Molestés mais pas blessés, les journalistes ont vu leur matériel détruit.

Une source policière précise que onze personnes ont été interpellées dans la soirée avant la dispersion complète des manifestants constatée vers minuit et demi par les journalistes de l’AFP. Le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, a condamné dans la nuit par communiqué ces violences survenues malgré les engagements pris par les organisateurs mardi lors d’une réunion avec lui. L’atmosphère est électrique dans les rues de la capitale, l’adoption du projet de loi ouvrant le mariage aux couples du même sexe ne devrait pas laisser sans réactions, des « antis » déterminés.

J. L.

Photo CC @Kenzo Tribouillard /AFP