fbpx
Actualités
Partager sur

François Hollande: le changement (de gouvernement) ce n’est pas pour maintenant

François Hollande: le changement (de gouvernement) ce n’est pas pour maintenant

Le 16 mai 2013, Jean-Marc Ayrault premier ministre et son gouvernement assistent à la deuxième conférence de presse à l’Elysée du président. François Hollande explique que son gouvernement ne changera pas

Un rendez-vous médiatique que le président François Hollande n’a pas manqué après sa promesse de s’y plier tous les six mois. Lors de cette deuxième conférence de presse qui a duré plus de deux heures et demi le président a abordé différents secteurs, de la politique internationale, en passant par l’économie mais aussi la courbe du chômage.

Un hommage aux soldats français morts au Mali

Le président de la république a ouvert sa conférence de presse par un hommage aux six soldats français, morts durant l’opération Serval au Mali : Six sont morts. Ils ont fait bien plus que libérer un pays de la servitude et du terrorisme, ils ont fait aimer le France dans toute l’Afrique. François Hollande commence fort, et concernant la question du Mali le président reste sur sa position quant à la date prévue pour les élections présidentielles. Celles-ci devraient se tenir à partir du 28 juillet 2013 il a affirmé être attaché à ce que les élections se tiennent à la date prévue (…) pour y parvenir, nous devons assurer que sur l’ensemble du territoire, il puisse y avoir organisation du scrutin, pour qu’il ne soit pas contesté .

Tracer les prochaines étapes de son gouvernement

Cette conférence a pour but selon ses paroles de tracer les prochaines étapes de [son] action. Un leitmotiv : une volonté d’être à l’offensive , mot répété à de nombreuses reprises durant sa conférence. L’homme salue les efforts de son gouvernement, et de Jean-Marc Ayrault, mais aussi des français, lorsqu’il évoque le délai accordé par Bruxelles à la France pour atteindre un niveau de déficit public inférieur à 3% du PIB. Une conférence qui a abordé de nombreux thèmes mais les explications et les positions du président n’ont pas ravi tout le monde, comme Jean-Louis Borloo président de l’Union des démocrates et indépendants (UDI) qui a affirmé que ses propos étaient en total décalage avec la récession. Le président du groupe UMP, Christian Jacob a quant à lui été plus dur avec François hollande jugeant le président attentiste, indécis et inapte à l’action . La conclusion de cette conférence est que rien ne bouge comme l’affirme Le Monde. Rien ne change, que ce soit au niveau de la ligne et du dispositif. Les français attendaient beaucoup de cette conférence, maintenant seules les actions du président peuvent changer la done.

Clémence Rouvellat

Photo CC @BENOIT TESSIER/REUTERS