Actualités
Partager sur

La Grande-Bretagne voit naître des églises créées par les fans de Black Metal

La Grande-Bretagne voit naître des églises créées par les fans de Black Metal
Partager
Partager sur Facebook

Ils sont Chrétiens et pourtant épris de Black Metal. Deux passions cohabitent, celle du Christ et celle du bruit des guitares qui grincent, qui les ont poussé à créer leurs propres paroisses

C’est le cas de Mark Broomhead, vicaire de the Order of the black sheep en français l’Ordre du mouton noir, une paroisse affiliée à l’Eglise anglicane. Le site de la BBC rapporte que de nombreuses églises underground ont vu le jour en Grande-Bretagne au cours des derniers mois : the Order of the black sheep, Asylum, the Glorious Undead, the Intrepid Fox… Un mouvement underground adressé à ceux qui se sentent aliénés par l’Eglise traditionnelle.

Et de fait, l’Ordre du mouton noir ne suit pas à la lettre la pratique anglicane classique. Ce nouveau lieu de culte a des allures de cave. Il est situé dans un ancien salon de beauté, avec des murs noirs, des ossements de bélier et des logos gothiques. La messe ne dure que quelques minutes : il s’agit d’un sermon entrecoupé de vidéoclips et de musique électronique.

Fracture entre l’Eglise anglicane et les chrétiens d’aujourd’hui

Je ne suis pas une personne très conventionnelle, et je trouve l’Eglise traditionnelle très difficile d’accès. Il y a une grande déconnexion entre l’Eglise anglicane et les chrétiens aujourd’hui explique l’un des membres de la paroisse. Je me souviens d’un dimanche au catéchisme où je portais du rouge à lèvres noir et je me demandais si je pouvais continuer à être comme je suis tout en étant chrétienne. Je suis venue ici, et je me rends compte que c’est possible de concilier ces deux identités complète une autre. La différence ? Ces chrétiens rejettent la structure et les pratiques de l’Eglise anglicane. Pas de hiérarchie dans ces groupes, les fidèles sont tous l’égal de l’autre au sein du groupe.

De leur côté, les pasteurs traditionnels voient ce mouvement d’un bon œil. Le travail qu’ils font est très spécial, et même s’ils sont différents, nous partageons de nombreuses choses en commun réagit Alan Carr, pasteur de St Giles-in-the-Fields, une église anglicane classique.

G. D.

Photo CC @L. Balogh/Reuters