fbpx
Actualités
Partager sur

Éducation nationale : un devoir sur le suicide choque les parents

Éducation nationale : un devoir sur le suicide choque les parents
Partager
Partager sur Facebook

Un professeur de français de l’Oise a demandé aux élèves d’une classe de 5ème de rédiger une lettre dans laquelle ils devaient se glisser dans la peau d’une personne envisageant de mettre fin à ses jours. Un drôle de sujet qui n’a pas amusé les parents

C’est au collège Louis-Bouland de Couloisy dans l’Oise, qu’un professeur de français a donné à ses élèves de 5ème un sujet de rédaction pour le moins surprenant : John a écrit une lettre à sa femme avant de mettre son projet à exécution (un suicide). Imaginez cette lettre. Un sujet proposé à la suite d’une étude de texte où l’on apprend que le personnage principal, John, a mis fin à ses jours.

Un sujet à ne pas prendre à la légère

Cet étonnant exercice a immédiatement révolté les parents qui ne comprennent toujours pas comment un sujet tel que le suicide, peut faire partie du programme alors que l’adolescence est une phase particulièrement difficile. Après avoir tenté d’obtenir des explications de la part de la principale du collège, les parents restent consternés par le manque de rationalité de celle-ci : Il fallait prendre ce sujet sur le ton de l’humour.

Ils ont donc décidé de signaler les faits à la gendarmerie, la procédure a ainsi été transmise à la préfecture. L’inspection académique a quant à elle ouvert une enquête interne. Le sujet a été présenté dans le cadre d’une étude de texte. Ce récit est un texte humoristique qui a fait l’objet d’un travail en cours. Mais sans doute le sujet peut paraître maladroit et sensible. Pour le moment, je n’ai pas les éléments nécessaires pour porter un jugement sur la pertinence pédagogique, commente Elisabeth Laporte, inspectrice académique de l’Oise. Du côté du collège, on se refuse à tout commentaire. Une réunion d’information était pourtant organisée hier soir au sein de l’établissement et à l’attention des parents d’élèves de cette classe, mais la colère des parents ne semble pas avoir été prise en compte.

D. D.

Photo CC @P.Baz /DR