Actualités
Partager sur

Les grands défis qui attendent le pape François

Les grands défis qui attendent le pape François
Partager
Partager sur Facebook

Au lendemain de son élection, c’est un immense chantier qui attend le successeur de Benoît XVI. La réforme de l’Eglise passe par un renouveau de la politique du Vatican, l’amélioration de l’évangélisation et une plus grande proximité avec les fidèles

Les dossiers auxquels le nouveau pape va devoir faire face sont brûlants. Il va falloir agir vite pour ralentir le vieillissement du clergé en Europe. Car même dans les pays les plus encrés dans la religion comme l’Italie ou la Pologne, un recul de la pratique religieuse se fait sentir. Le pape François va devoir convaincre les jeunes et entretenir un lien plus proche avec les fidèles. Marquer une rupture avec le pontificat très intellectuel de Benoît XVI, pas forcément en adéquation avec les préoccupations des jeunes et des pauvres. Même si ce dernier avait séduit « sa génération jeune » lors des JMJ (journées mondiales de la jeunesse) de Cologne en 2005.

Les JMJ de Rio pour séduire les jeunes

Un grand événement attend Jorge Mario Bergoglio en juillet prochain. Ce sont les JMJ qui seront organisées au Brésil, à Rio de Janeiro. L’occasion d’établir un lien de confiance particulier avec les jeunes et d’affirmer une papauté en phase avec les questions que les jeunes croyants se posent. Issu du continent sud-américain, François sera en terre conquise et pourrait prendre directement une dimension internationale de grande ampleur. L’occasion pour lui de s’affirmer et faire oublier les problèmes du Vatican.

Le Vatican en danger

Les voyants sont au rouge dans le plus petit Etat du monde. Les dons des croyants sont devenus insuffisants et les comptes sont au plus bas. Au delà de l’aspect financier, le pape François devra prendre soin d’établir la plus grande transparence possible au sein des institutions du Vatican. Le pape devra bannir la corruption de ce minuscule Etat et éviter de nouvelle affaires comme celle qu’a connu Benoît XVI avec son majordome.

L’élection du pape François représente pour les cardinaux la volonté d’avoir une papauté populaire qui se rapprocherait de celle de Jean-Paul II ou de Jean XXIII. Au lendemain de son élection, François (en référence à Saint-François d’Assises) s’est rendu dans une basilique de Rome pour prier la vierge Marie. Une manière de se ressourcer avant de faire ce qu’il fait de mieux : toucher les gens et les cœurs des fidèles.

J. L.