fbpx
Actualités
Partager sur

Les Femen sur les toits de Paris contre l’extrême droite (Vidéo)

Les Femen sur les toits de Paris contre l’extrême droite (Vidéo)

Dimanche 12 mai quatre militantes du groupe contestataire féministe Femen faisaient leur apparition sur le toit d’un immeuble haussmannien pour protester contre une manifestation d’extrême droite

L’extrême droite manifestait ce dimanche 12 mai en hommage à Jeanne d’Arc. La manifestation passait par la place de la Pyramide où se succédaient plusieurs cortèges, celui du mouvement des Jeunesses nationaliste, celui de l’Action française et du Renouveau français.

Apparition des Femen lors du 4ème cortège

Lorsque le dernier cortège, l’Union sacrée des patriotes arrivait place de la Pyramide, quatre Femen sont apparues au balcon du quatrième étage d’un immeuble au-dessus de la place. Les quatre femmes, seins nus, arboraient sur le torse l’inscription Sextermination et elle brandissait un immense drap suspendu au balcon portant le néologisme Sextermination for nazis – Sextermination du nazisme et neofeminism is watching you – le néo féminisme vous surveille coloré de rouge et blanc, avec un dessin représentant des femmes seins nus levant le poing. Les Femen ont allumé plusieurs fumigènes, qu’elles ont brandis les poings levés face à l’assemblée des mouvements d’extrême droite qui les huaient. Les militants ont quant à eux proféré des insultes à leur égard : Fémen au bûcher ou encore : Femen salopes . De nombreux CRS présent sur les lieux se sont alors mis en place devant l’immeuble pour en barrer l’accès aux militants sous les cris de ceux-ci : Police complice . Arrivé sur place peu après, les Femen ont été évacué par l’échelle d’un camion de pompier selon l’AFP.

Manifestation implicite

L’hommage à Jeanne d’Arc s’est poursuivi dans l’après midi par un défilé à l’appel du mouvement Civitas. La manifestation avait aussi pour but de faire à nouveau entendre le mécontentement de l’association concernant l’adoption par l’assemblée nationale de la loi du mariage pour tous: Cette année, nous plaçons ce défilé dans le contexte de la critique que nous portons à propos de la loi Taubira a expliqué Alain Escada le porte-parole de Civitas.

Clémence Rouvellat

Photo CC @Xavier Frère