fbpx
Actualités
Partager sur

Quand Rick Ross fait l’apologie du viol et se met les féministes à dos

Rick Ross est allé trop loin pour les associations féministes : dans son titre « U.E.N.O », le rappeur raconte avoir drogué puis violé une jeune femme. Parler légèrement d’un sujet aussi sensible, ça n’est pas du tout gentleman

L’ambassadeur de Reebok est dans le collimateur des associations défendant le droit des femmes. Dans son single U.E.N.O sorti en février dernier, Rick Ross ne s’est pas gêné pour faire l’apologie du viol en racontant avoir rencontré une jeune femme en boîte de nuit, avoir drogué son champagne puis l’avoir emmenée chez lui pour abuser d’elle.

Ultra Violet, une association féministe américaine, a haussé le ton contre le rappeur de 37 ans qui a daigné leur répondre qu’il y a eu une mauvaise interprétation du texte et que le mot viol n’a jamais été prononcé.
Mais les féministes ne comptaient pas en rester là : pour contrer la mauvaise foi de Rick Ross, elles ont appelé au boycott de la marque sportwear Reebok qui axe depuis plusieurs années sur le fitness et la gent féminine. Vendredi dernier, manifestant devant l’un des plus grands magasin Reebok, le message des Ultra Violet était clair : comment des femmes peuvent-elles se reconnaître dans une marque représentée par un tel mufle à la limite de la misogynie ?

Le mea culpa de Rick Ross envers les femmes

L’interprète de Hustlin’, voyant ses comptes en banque menacés par un éventuel recours en justice, a fait profil bas sur Twitter en publiant des excuses solennelles : Je ne cautionne pas le viol et je m’excuse car les paroles de cette chanson ont été interprétées comme cela. Je m’excuse auprès de mes nombreux partenaires commerciaux qui n’ont jamais voulu promouvoir la violence faite aux femmes.

Le compte Twitter des Ultra Violet a immédiatement répondu au rappeur, non sans une certaine sévérité, Nous apprécions le message mais ce qui est bouleversant c’est que tu rappes à propos de viol et que tu ne t’en rends même pas compte. Droguer une femme et profiter d’elle, c’est un viol.
Peut-être que Rick Ross a tellement l’habitude que des femmes vénales lui tombent dans la main qu’il en a oublié le mot « consentement » ?

Quoiqu’il en soit, l’affaire n’est guère terminée ; en effet, plusieurs associations défendant le droit des femmes se sont alliées à Ultra Violet et demandent à Reebok le licenciement de Rick Rock à travers une pétition. Pour l’instant, les porte-parole de la marque ne sont toujours pas sortis de leur silence… Mauvaise stratégie.

Manon Monmirel