fbpx
Actualités
Partager sur

François Fillon a t-il menti devant les Français sur son patrimoine ?

Invité de David Pujadas lors du JT de 20 heures lundi dernier sur France 2, François Fillon a fait état de son patrimoine, preuves à l’appui. Il semblerait cependant qu’il n’ait pas tout dit

François Fillon a voulu jouer le jeu de la transparence. En venant sur le plateau du 20H de France 2, l’objectif était clair pour l’ancien Premier ministre français : être un symbole de la moralisation politique. Une attitude judicieuse tant le séisme provoqué par les révélations de Mediapart dans l’affaire Cahuzac, met sous pression quelques élus de la République. Devant les caméras du JT de France2, l’élu de Sarthe a donc fait état de ses biens et économies : Je possède une maison que j’ai acheté dans la Sarthe il y a 20 ans pour 440 000 euros, deux voitures qui ont plus de dix ans chacune et quelques comptes d’épargnes qui ne dépassent pas les 100 000 euros.

De quoi vivre aisément certes, d’autant qu’on ne connaît pas le nombre de comptes d’épargnes de François Fillon, mais après plus de trente années de politique couronnées par un mandat de Premier ministre, ces révélations étonnent. Si Jean-François Copé se dit méfiant quant aux chiffres avancés par l’ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy, c’est l’ensemble des Français qui s’interrogent. N’aurait-il pas oublié de préciser quelque chose ?

Comme un problème

Depuis 1993 et son entrée dans le gouvernement d’Edouard Balladur, François Fillon n’a cessé d’être ministre. Trois présidents de la République, F. Mitterrand, J. Chirac et N. Sarkozy, l’ont compté dans leurs rangs. Nicolas Sarkozy l’a même choisi durant la totalité de son mandat comme Premier ministre. Il jouit donc d’un statut d’homme d’Etat, ce qui un offre des avantages considérables qui n’entrent pas directement dans son patrimoine. Un argument de défense certainement envisagé par l’intéressé surtout lorsque la « Haute autorité totalement indépendante », dont la création a été annoncée ce mercredi matin par F. Hollande, contrôlera le patrimoine et les intérêts de tous les ministres, parlementaires et grands élus. De quoi certainement justifier certains chiffres.

Cependant, ce qui pose moralement problème, c’est que François Fillon n’a pas fait allusion à sa société de consulting sur le plateau de David Pujadas. La société « 2F Conseil », révélée par Rue89 en août 2012, a pour objet social : le conseil, l’assistance, la formation, la réalisation d’études, de veille, d’audits, d’analyses ou de prestations pour toute personne physique (…), personne morale (…), tout Etat et de tout organisme international européen, national, étatique, régional, départemental, municipal ou local. De quoi exceller quand on s’appelle François Fillon et que l’on a été Premier ministre de 2007 à 2012. Le site 20 Minutes révèle qu’il s’agit d’une SARL unipersonnelle au capital de 1 000 euros créée en juin 2012.

Légalement, François Fillon a bien joué le coup puisqu’il a fait enregistrer sa société 11 jours avant d’être élu le 17 juin 2012 lors des législatives. À ce moment là il n’occupait plus aucune fonction depuis son départ de Matignon. La loi n’autorise pas a créer une société de consulting durant un mandat d’élu pour des raisons de possibles conflits d’intérêts. Encore une fois François Fillon a pris ses précautions et semble bien rôdé à l’exercice. La moralisation de la politique, ne peut pas se faire du jour au lendemain. Elle ne pourra en tout cas pas exister tant que le mensonge, effronté ou par omission, persistera.

Jean Lazuech