fbpx
Actualités
Partager sur

Un gay tabassé à Paris dénonce l’homophobie en montrant son visage défiguré

Un gay tabassé à Paris dénonce l’homophobie en montrant son visage défiguré
Partager
Partager sur Facebook

Dans la nuit de samedi à dimanche, un couple d’hommes a été sauvagement agressé en plein Paris. Pour dénoncer ce qu’ils appellent « le visage de l’homophobie », Wilfried a décidé de publié une photo de son visage massacré

Les actes homophobes ont atteint une rare violence ces derniers jours… Alors qu’ils rentraient d’une soirée bras dessus bras dessous dans le 19e arrondissement, Wilfried et Olivier ont été interpelés par une bande de jeunes qui, visiblement, n’aiment pas les homosexuels. Lorsque Wilfried se réveille, il est à l’ambulance, le visage tuméfié avec sept fractures.

Pour témoigner d’un acte d’une rare violence, le couple a décidé de publier une photo de ce visage rempli d’hématomes : J’ai sept fractures sur le visage, des morceaux d’os dans le crâne, une grande dent de devant qui n’est plus là et des points de suture à la lèvre, raconte Wilfried, un Hollandais installé en France depuis 10 ans.

Le visage de l’homophobie

En publiant cette photo sur son compte Facebook, Wilfried voulait témoigner de la violence qui règne en ce moment de débats autour du mariage homosexuel. Même si son compagnon Olivier a porté plainte contre X, leurs visages resteront à jamais marqués par l’intolérance gratuite qui sévit en France depuis plusieurs semaines.

Soutenus par Élisabeth Ronzier, présidente de « SOS homophobie », Wilfried et Olivier ont prouvé que des individus se sentent légitimes de lyncher des homosexuels grâce aux mouvements anti-mariage gay qui sont parfois rejoints par des groupuscules nationalistes.

Mais certaines sources tendent à suspecter cet événement compte tenu des témoignages apportés par les victimes. En effet, il argumentent en insinuant que des homophobes qui veulent interpeler deux hommes ne s’écrieraient pas Ah ! Des homosexuels, mais utiliseraient des termes bien plus crus. À ajouter que Wilfried a longtemps milité pour l’Inter-LGBT (Lesbien, Gay, Bi, Trans), et que cet événement est survenu pendant l’apogée des affrontements entre pro et anti-mariage homosexuel.

Ce dernier argument peut être pris dans l’autre sens. Car c’est justement l’escalade de la violence durant ce week-end, entre examen du projet de loi au Sénat et actions de vandalisme par la jeunesse nationaliste, qui a provoqué ce lynchage. À cette heure où certains se sentent protégés pour tabasser des individus au hasard d’une rue, force est de constater qu’il ne fait pas bon vivre en France.

Manon Monmirel