fbpx
Actualités
Partager sur

Attentat de Boston : Tamerlan Tsarnaev ne peut pas être enterré

Attentat de Boston : Tamerlan Tsarnaev ne peut pas être enterré

Tamerlan Tsarnaev, présumé coupable de l’attentat de Boston et, mort à la suite de blessures par balle au torse et aux extrémités lors d’une course poursuite, n’a à l’heure actuelle apparemment pas sa place dans un cimetière

À Cambridge près de Boston, où vivait Tamerlan depuis dix ans, le maire, Robert Healy ne veut pas que le corps du jeune homme décédé le 15 avril soit enterré dans la ville : Les efforts difficiles et stressants menés par les habitants de Cambridge pour retrouver une vie normale seraient balayés par l’agitation, les manifestations et le déferlement de médias qu’entraînerait cet enterrement s’est-il exprimé dans un communiqué. Les deux frères, dont Djokhar Tsarnaev actuellement hospitalisé, sont toujours accusés d’avoir commis l’attentat de Boston ayant entraîné la mort de 3 personnes et fait 260 blessés.

Un propriétaire des pompes funèbres bien embêté

Quatre cimetières ont déjà refusé d’accueillir le corps du jeune homme selon le New York Daily News. Mais un homme, Peter Stefan, a récemment accepté d’être à la charge du corps du suspect. L’homme n’a pas été choisi au hasard par les parents de Tarmelan qui souhaitaient une personne ayant déjà organisé un enterrement musulman. Propriétaire des pompes funèbres à Worcester dans le Massachusetts l’homme ne trouve aucun endroit pour faire enterrer le corps de Tamerlan bien qu’il ait l’habitude de s’occuper des corps douteux de la société : J’ai eu des meurtriers ici, des gens qui ont tué leurs enfants, des gens qui ont tué leurs parents a-t-il affirmé au New York Times. Même si Peter Stefan a accepté de s’occuper du corps, il faut désormais qu’il lui trouve un cimetière qui accepte de l’enterrer. Pour le moment ces tentatives sont restées des échecs, l’homme envisage de demander de l’aide au FBI ou à l’état, et il continue de persévérer : Je n’enterre pas un terroriste, j’enterre un cadavre a-t-il confié.

Clémence Rouvellat