fbpx
Actualités
Partager sur

80 jeunes musulmans belges ont décollé pour le front syrien

50 à 80 jeunes musulmans originaires du plat-pays se seraient engagés dans les forces anti-gouvernementales syriennes. MCE-tv vous raconte leur odyssée

Ils seraient quasiment une centaine à avoir fait le voyage. C’est la conséquence d’un recrutement clandestin actif de candidats au départ pour le front syrien qui a débuté depuis environ un an dans les villes belges d’Anvers, de Vilvorde et plus récemment de Bruxelles.

Par le biais de rabatteurs en pleine rue dirigeant les curieux vers des réunions et des prêches organisées dans des appart’ privés, s’est mis en place un véritable réseau d’enrôlement destiné à grossir les rangs des combattants anti-Assad.

Enrôlement religieux

Avec des manifestations ponctuelles de groupes comme Sharia4Belgium ou au sein de mosquées comme celle de Borgerhout. Beaucoup d’éléments parmi ces jeunes recrues ralliées aux milieux islamistes radicaux seraient de tous frais convertis, potentiellement influençables, d’où un doute qui plane sur leurs réelles motivations.

Ce qui complique la situation est qu’un certain nombre de ces groupuscules a été démantelé ou interdit officiellement, et que leurs motifs épousent davantage le combat religieux d’une certaine frange des rebelles syriens que le souci d’une libération politique du territoire.

Réaction au plus haut niveau de l’Etat belge

Pour ne pas se laisser dépasser par la situation, la ministre de l’Intérieur belge Joëlle Milquet a mis sur pied une cellule spéciale dotée d’un « point de contact centralisé ». Ce groupe de travail unit les forces de l’Organe de Coordination pour l’Analyse de la Menace, celles du Parquet Fédéral, du Centre de Crise, de la Sûreté de l’Etat et celles du Service Général du Renseignement et de la Sécurité de la police comme de l’armée.

Le but du jeu ? Construire une stratégie visant à réduire ce genre de départs embarrassants d’un point de vue diplomatique, la Belgique comme aucun pays européens n’étant pas impliquée dans la guerre civile syrienne, et puis étudier les modalités de retour des intéressés.

T.C.

Source : lalibre.be