fbpx
Actualités
Partager sur

Mort Rémi Fraisse : aucune « faute professionnelle » selon l’enquête administrative

Mort Rémi Fraisse : aucune « faute professionnelle » selon l’enquête administrative

L'IGGN a rendu le rapport de son enquête administrative concernant la mort de Rémi Fraisse au barrage de Sivens. Le gendarme n'aurait pas commis de faute professionnelle

L’inspection Générale de la Gendarmerie Nationale a rendu son rapport hier, mardi 2 décembre suite à son enquête sur la mort de Rémi Fraisse : « aucune faute professionnelle n’a été commise » selon elle.

Le jeune militant écologiste avait succombé à l’explosion d’une grenade offensive lors d’une manifestation contre le barrage de Sivens en octobre dernier. Sa mort avait provoqué l’émotion et remis sur le devant de la scène la problématique – à rayonnement mondial – des violences policières. Pourtant, alors que l’opinion publique s’emportait, les responsables politiques et administratifs ont appelé au calme le temps que la lumière soit faite sur les conditions réelle du décès de Rémi Fraisse.

La famille de Rémi Fraisse dénonce le rapport de l’IGGN

D’un point de vue interne, c’est désormais chose faite, mais cette vérité n’est pas acceptée par la famille de Rémi Fraisse. Arié Halimi, l’avocat de la famille a dénoncé le rapport administratif rendu ce matin : La famille avait demandé la vérité au président de la République, elle est contrainte de constater que le mensonge est encore plus lourd et encore plus cynique

« L’usage de la force s’est imposé » à la manifestation de Sivens

Le rapport rendu hier par l’IGGN précise : Face à des manifestants particulièrement violents, tirant avantage de la nuit et du terrain, l’emploi de la force puis l’usage des armes se sont imposés très rapidement au commandant de la force publique

Pierre Renault, chef de l’IGGN, a rappelé que ce verdict ne concernait que le plan strictement administratif. C’est à dire que d’un point de vue des services de gendarmerie et de leur règlement, l’utilisation de la grenade offensive ayant conduit à la mort de Rémi Fraisse ne relève pas d’une faute professionnelle. Il incombe désormais à la justice d’enquêter de son côté et de rendre son verdict. Rappelons que quelques jours après le début de l’affaire, des enregistrements des conversations des gendarmes avaient été révélées et indiquaient que les gendarmes avaient conscience de la gravité de la situation.

Source : 20 minutes