fbpx
Actualités
Partager sur

Marine Le Pen pourrait perdre son immunité parlementaire

La chef de file du Front National pourrait perdre son immunité parlementaire. Certains propos de Marine Le Pen ne passeront peut-être pas pour le Parlement Européen

La commission des affaires juridiques du Parlement européen a voté à huis-clos samedi une recommandation quant à la levée de l’immunité de l’europdéputée.

Sanction écrasante

Le vote des membres de la commission a été écrasant contre Marine Le Pen. En effet, le Parlement Européen n’a pas du tout cautionné les propos de la présidente du Front National à propos des prières de rue. Cette dernière avait comparé en 2010, lors d’un discours à Lyon, les musulmans faisant leur prière dans la rue à l’occupation allemande.

Je suis désolée, mais pour ceux qui aiment beaucoup parler de la Seconde guerre mondiale, s’il s’agit de parler d’occupation, on pourrait en parler, pour le coup, parce que ça c’est une occupation du territoire (…) Certes y’a pas de blindés, y’a pas de soldats, mais c’est une occupation tout de même et elle pèse sur les habitants, avait-elle déclaré.

Islamophobie ambiante

De nombreuses plaintes avaient suivi ces propos plutôt déplacés. Mais c’est celle du Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) pour provocation à la discrimination, à la violence et à la haine envers un groupe de personnes en raison de leur religion, qui a déclenché l’ouverture d’une information judiciaire à l’encontre de Marine Le Pen.

La décision finale quant à la levée de l’immunité de la députée européenne encartée FN sera prise en session plénière à Strasbourg le 11 juin prochain. D’après une source proche de la commission, ce vote ne devrait être qu’une formalité, après un vote déjà très défavorable.

Marine Le Pen est loin d’être la seule membre du Front National a subir cette sanction. Ses prédécesseurs Bruno Gollnisch et Jean-Marie Le Pen, son père, avaient eux aussi perdu leur immunité parlementaire.

Selma Mihoubi