fbpx
Actualités
Partager sur

Ils enferment leur fils autiste pour partir en vacances, il se suicide

Ils enferment leur fils autiste pour partir en vacances, il se suicide

Un couple est aujourd'hui jugé pour avoir laissé leur fils autiste enfermé à clé dans leur maison pendant plusieurs jours pour partir en vacances. L'enfant avait fini par se suicider en sautant par la fenêtre

Aujourd’hui s’ouvre un procès tout à fait sordide mettant en cause deux parents qui se sont rendus responsables de la mort de leur fils, Laurmand, 19 ans, autiste. Ce dernier est mort en se défenestrant après avoir été enfermé dans une pièce pendant plusieurs jours à Sainte-Geneviève-des-Bois. Ce sont ses parents qui l’avaient isolé ainsi avant de partir en vacances avec leurs deux autres enfants. L’enfant autiste a fini par sauter par la fenêtre et mourir.

Les versions des parents divergent

Le père et la mère ont fourni deux versions différentes quand à l’état de l’enfant et les soins qu’il devait recevoir. Selon la mère, l’enfant était autonome et ne présentait aucune tendance suicidaire, seulement un peu d’oubli. Il n’y avait donc selon elle aucun risque à le laisser seul.

Son père a décrit un enfant autiste beaucoup plus diminué : il ne parlait pas, était incapable d’ouvrir la porte d’entrée lui-même pour quitter l’appartement. Il avait selon lui également tendance à se déféquer dessus. C’est avec cette raison qu’il a justifié l’enfermement : les parents ne voulaient pas que sa négligence, occasionnée par sa maladie, ne finisse par salir l’appartement. Il l’ont donc enfermé pour qu’il n’ai pas accès à certaines pièces de la maison comme le salon.

L’enfant autiste ne pouvait pas se débrouiller seuls selon les médecins

A la mort du jeune autiste, les autorités ont découvert des papiers médicaux évoquant la forte dépendance de l’enfant. Il avait besoin de la présence constante d’une personne auprès de lui et qu’il ne peut réaliser les actes de la vie quotidienne seul. Concernant ces documents, la mère a déclaré qu’ils ne concernaient pas son fils mais celui de sa cousine. Par ailleurs, il est apparu qu’elle avait stoppé le suivi médical de l’enfant en 2006. Les parents jugés aujourd’hui connaîtront leur jugement jeudi prochain.

Source : My TF1 News