fbpx
Actualités
Partager sur

Créteil : ligoté et dépouillé, il entend sa femme se faire violer par ses agresseurs

Créteil : ligoté et dépouillé, il entend sa femme se faire violer par ses agresseurs

Un jeune couple a été agressé et séquestré à Créteil lundi après midi. Pendant qu'un des agresseurs retirait l'argent, un autre a commencé à violer la jeune femme, à quelques mètres de son copain

Un jeune couple originaire de la banlieue parisienne a été victime d’une violente agression au cours de laquelle, leurs ravisseurs leur ont vidé leur compte et ont violé la copine du jeune homme. Il était midi à Créteil quand le jeune homme et sa copine, âgés de 21 et 18 ans, se sont rendus au domicile des parents de l’un d’eux. Après avoir ouvert la porte, ils sont tombés nez à nez avec trois hommes cagoulés et armés d’un pistolet et d’un fusil à canon scié. Ces derniers ont obligé le couple à fournir leur cartes bancaires ainsi que leurs codes après quoi il les ont séparés.

Il entend sa copine se faire violer, impuissant

Alors que l’un des trois agresseurs était parti retirer de l’argent, un autre s’est chargé de ligoter le jeune homme, tandis que le troisième a emmené la jeune fille dans une pièce voisine et commencé à la violer. Le copain de la victime a tout entendu de l’horreur que vivait son amie sans pouvoir faire quoi que ce soit. Une heure après le trio a pris la fuite.

Les agresseurs auraient ciblé un foyer de confession juive

Deux des trois agresseurs ont été retrouvés et placés en garde à vue lundi après-midi. Le service départemental de la police judiciaire à ouvert une enquête afin de déterminer les conditions et les motivations des ravisseurs. Si à première vue il s’agit d’un vol avec violence, l’une des victimes a précisé que, selon lui, les malfrats ne l’avaient pas choisi par hasard : ils auraient justifié leur vol par le fait qu’il était juif. La police a tenu néanmoins à nuancer avant les résultats de l’enquête : Il est trop tôt pour savoir si cet appartement a été visé parce que les personnes qui y vivent sont de confession juive.

Source : Le Parisien