fbpx
Actualités
Partager sur

Corée du nord : un homme condamné à 15 ans de camp de travail

Corée du nord : un homme condamné à 15 ans de camp de travail

Américain d’origine coréenne Kenneth Bae ou Pae Jun-ho de son nom coréen a été condamné en Corée du nord à 15 ans de camp de travail pour avoir voulu renverser le régime communiste

L’homme a été condamné pour actes hostiles envers le régime nord-coréen a annoncé KCNA (Korean central news agency) agence officielle. Arrêté dans la ville de Rason au nord-est en possession d’un visa de touriste, il a été arrêté alors qu’il possédait un disque dur avec des données prétendues sensibles. L’homme a été condamné par la Cour suprême à 15 ans de travail forcé pour ce crime a annoncé KCNA. Aucune précision n’a été donnée sur les charges retenues contre Kenneth Bae, une affirmation de l’agence qui reste très vague : Les charges ont toutes été corroborées par des preuves.

Sa libération est demandée par Washington

Une condamnation qui choque Washington. N’ayant pas de représentation diplomatique dans le pays, les américains suivent l’affaire de cet homme à travers l’ambassade de Suède à Pyongyang, qui agit actuellement pour eux. L’homme, selon une source anti-Pyongyang en Corée du Sud, aurait pris des photographies d’enfants malnutris pour montrer à la communauté internationale les besoins humanitaires que nécessite la Corée du nord.

La tension est à son comble avec les Etats-Unis

Alors que la tension est intense entre les deux pays, dont la joute verbale n’a cessé de grimper ces derniers mois depuis l’essai nucléaire à Pyongyang et les sanctions de l’ONU, cette affaire est un conflit de plus entre les deux pays qui inquiètent l’opinion publique: La situation diplomatique et militaire est si tendue que les Etats-Unis ne devraient pas changer radicalement leur position ni proposer de renouer le dialogue avec la Corée du Nord uniquement pour sauver ce type, explique Yang-Moo-Ji professeur à l’université des études nord-coréennes de Séoul.
Un danger de plus pour les Etats-Unis qui reste sur ses gardes depuis les menaces nucléaires de Pyongyang.

Clémence Rouvellat

Photo CC @Uncredited/AP/SIPA