fbpx
Actualités
Partager sur

Jérôme Cahuzac a bien un compte à l’étranger « depuis une vingtaine d’année »

Alors que Jérôme Cahuzac a longtemps soutenu le contraire, il vient d’admettre détenir un compte à l’étranger depuis vingt ans. Il l’a annoncé sur son blog et devant les juges qui l’ont mis en examen pour « blanchiment de fraude fiscale »


L’ancien ministre délégué au budget a avoué avoir menti. Interrogé mardi après-midi par les deux juges d’instruction du pôle financier, Jérôme Cahuzac a déclaré posséder un compte bancaire à l’étranger depuis une vingtaine d’année. Pourtant pendant de nombreuses semaines il n’a cessé de soutenir que jamais il n’avait eu de compte à l’étranger que ce soit sur les réseaux sociaux, devant l’Assemblée ou encore dans les yeux du président de la République qui a pris ces aveux avec une grande sévérité.

Sur son blog, Jérôme Cahuzac écrit : Par lettre du 26 mars 2013, j’ai demandé à Messieurs les juges d’instruction Roger Le Loire et Renaud Van Ruymbeke de bien vouloir me recevoir afin que, délivré de ma fonction, je puisse enfin donner les explications qui s’imposent au regard de la détention à l’étranger d’un compte bancaire dont je suis le bénéficiaire depuis une vingtaine d’années. (…) Je leur ai confirmé l’existence de ce compte et je les ai informés de ce que j’avais d’ores et déjà donné les instructions nécessaires pour que l’intégralité des actifs déposés sur ce compte qui n’a pas été abondé depuis une douzaine d’années, soit environ 600 000 euros, soient rapatriés sur mon compte bancaire à Paris. Une honnêteté dont fait preuve l’ancien ministre devant le fait accompli.

Paris demande une coopération internationale, Cahuzac risque la prison

Pour dénouer tous les liens de cette complexe affaire, la justice française a demandé une aide internationale. Le procureur de Genêve a reçu une demande d’entraide judiciaire, sous forme de renseignements, pour faciliter la procédure. Rien n’oblige la justice suisse à apporter son aide, elle est maître de sa décision.

Ce qui est certain c’est que Jérôme Cahuzac risque gros. Il est passible d’une peine de prison allant de cinq à dix ans ainsi que d’une amende dont le montant pourrait atteindre 750 000 euros. Tout dépend des circonstances aggravantes qui pourraient être retenues contre lui. La bataille judiciaire est loin d’être terminée pour le député du Lot-et-Garonne.

J. L.