fbpx
Actualités
Partager sur

Australie : une étudiante française battue à mort à Brisbane

Australie : une étudiante française battue à mort à Brisbane
Partager sur Facebook

La semaine dernière, à Brisbanne, une étudiante française morte a été retrouvée sauvagement assassinée vendredi matin dans le parc Kurilpa, en Australie

Sophie C., étudiante française de 21 ans, a été tuée violemment à Brisbane la semaine dernière. La jeune femme rejoint la liste macabre des trois autres étudiants étrangers mortellement agressés depuis le mois de novembre. Mais a priori, ces quatre meurtres n’auraient aucun lien entre eux, puisque les auteurs présumés des trois premières agressions -tous différents- ont été arrêtés avant le meurtre de cette nouvelle victime française. Elle était venue dans ce pays pour étudier le commerce à la Griffith University, selon la presse locale. L’inspecteur Rod Kemp a déclaré à la presse : Nous pensons que la mort résulte d’un traumatisme crânien consécutif à des coups. C’est une agression particulièrement violente.

L’étudiante française

C’est Boris, le petit ami de la victime, qui a aidé les policiers à l’identifier grâce à un bijou, selon le Couriermail News. Il y a un mois, Boris a quitté l’Australie car la validité de son visa était dépassée. Sophie avait prévu de revenir en France au mois de juin pour le retrouver. Sur ABC News, le commissaire de police Ian Stewart a confié que l’enquête suivait son cours, lentement, car les policiers avaient besoin d’aide : On ne peut rien faire sans l’aide des gens, alors nous leur demandons s’ils se trouvaient dans les parages au moment du meurtre ou s’ils connaissaient la jeune femme… Le plus petit élément peut servir de clé dans la résolution de l’enquête. Brisbane est normalement une ville plutôt sûre, mais les étudiants doivent toujours être vigilants et fuir les parcs et les endroit mal éclairés.

Le Parisien rapporte que la famille de la victime, sous le choc, a déjà indiqué qu’elle ne se rendrait pas à Brisbane selon le média 7news sur Twitter. Sur Facebook, une veillée va être organisée jeudi à 16 heures, sur le campus de l’université Griffith où Sophie étudiait. Cette veillée a été organisée par des amis et inconnus touchés par ce drame d’une grande violence.

Source : Le Parisien