fbpx
Culture
Partager sur

You: 40 millions d’abonnés Netflix ont déjà vu la série !

Partager sur Facebook

Netflix a trouvé la série capable de rivaliser avec La Casa de Papel. La série You explose les compteurs avec plus de 40 millions de vues en un mois !

Netflix vient encore de toucher le jackpot avec la série You. En seulement un mois, 40 millions d’abonnés Netflix ont déjà regardé au moins un épisode. Après le succès de La Casa de Papel, Netflix marque aussi de son empreinte le monde des séries télé !

You: 40 millions d’abonnés Netflix ont déjà vu la série !

Au début de l’aventure, la série You était diffusée sur la chaîne du câble américain Lifetime. Mais les audiences n’étant pas au rendez-vous, la chaîne a décidé de ne plus diffuser la série. Netflix a senti le bon filon et a racheté les droits de diffusion.

La série You a ainsi débarqué sur Netflix fin décembre. Sa seconde vie reste remplie de succès. Hier sur Twitter, Netflix a aussi annoncé que plus 40 millions d’abonnés avaient déjà regardé au moins un épisode. Ce gros succès rappelle celui de La Casa de Papel. Avec ce nouveau succès, Netflix marque de son empreinte le monde des séries télé.

You, une série glauque mais jamais glamourisée

Vous l’aurez compris, ce petit casting animé tout autour de Penn Badgley fonctionne à merveille. Et se révèle très addictif. A la fois fasciné et mortifié, le spectateur ne perd pas une miette des vices de Joe, à chaque fois un peu plus condamnable. Il faut dire que le féru de bouquins n’y va pas de la main morte. Littéralement : plus d’une fois, il se masturbera dans des lieux publics en pensant à l’objet de ses convoitises. Parfois même juste en face de sa fenêtre… brrrrr. Terriblement glauque et sordide.

Fort heureusement, si le harceleur et sa voix off sont omniprésents, ils ne sont en rien glamourisés. Joe reste montré comme explicitement nocif, voire quelqu’un qui n’a pas toute sa tête. Il est l’archétype même de l’homme qui est aussi persuadé d’être le chevalier blanc et salvateur. Alors qu’il n’est qu’une force d’oppression parmi tant d’autres. Peu de chances donc que les jeunes filles en fleur tombent amoureuses de ce Dexter des temps modernes –tout du moins, on espère !