Culture
Partager sur

Unfriended: Dark Web un thriller haletant aux pires horreurs effrayantes

unfriended-dark-web-thriller-haletant-pires-horreurs
Partager
Partager sur Facebook

Unfriended: Dark Web où les pires horreurs existent bel et bien. Une terrifiante réalité que Matias et ses amis vont découvrir malgré eux.

Unfriended: Dark Web commence avec Matias qui tente de se connecter à un ordinateur. Mais voilà, c’est exactement le point de départ ou tout va basculer.

Unfriended: Dark Web ou comment devenir la proie d’un mal insoupçonné

Comme à leur habitudes, Matias et ses amis se retrouvent autour de la célèbre plateforme de communication Skype. Ils prévoient de passer leurs soirée à jouer ensemble au jeu « Card Against Humanity ». Oui mais voilà Matias utilise un ordinateur qu’il à volé sur son lieu de travail : un cyber-café. Il y découvre un dossier secret avec de nombreux fichiers vidéos. Des vidéos de filles disparues en situation de grandes détresse. Cette nouvelle terrifiante va vite être balayée par le propriétaire de l’ordinateur qui entre en contact directement au sein du groupe en ligne. Et une chose est sûr il fera tout pour récupérer son portable. Matias et ses amis découvrent alors qui se cache derrière. Le Dark Web et toutes les horreurs que cela implique.

Unfriended: Dark Web un thriller haletant

Deuxième volet après Unfriended sortie en 2015, Dar Web est un film à petit budget. Avec des points de similarités avec le premier volet, il se différencie néanmoins en oubliant totalement le côté paranormal. Il est toujours question d’une bande d’amis sur Skype mais cette fois-ci, ils sont confrontés à une société secrète du darknet.

Stephen Susco réalise et scénarise ce film. Pour rappelle le même réalisateur du film « The Grudge ». On voit ici la maîtrise du sujet qui fait froid dans le dos. D’autant plus avec la vue subjective en permanence de l’écran d’ordinateur. De ce faite il arrive à tenir le spectateur en haleine. Il jongle ainsi entre différentes fenêtres de messageries en lignes. Avec cependant un début un peu long. Dès lors ou le hacker entre dans le jeu, le rythme devient soutenu jusqu’au final palpitant.

Même si les acteurs ne sont pas exceptionnels, on s’attache rapidement à ce petit groupe d’amis. Ainsi pris d’empathie pour eux, on redoute le pire. Bien que l’on ne peut parler d’un film d’horreur classique, le réalisateur nous tient en haleine. Il utilise les pires atrocités que l’homme puisse réaliser. Cela glace littéralement le sang.

Si vous l’osez, laissez-vous entrainer dans les abysses du web 2.0.