fbpx
Culture
Partager sur

The Walking Dead: Qu’est ce que représente le zombie dans la culture contemporaine?

The Walking Dead: Qu’est ce que représente le zombie dans la culture contemporaine?
Partager
Partager sur Facebook

Très en vogue dans la culture contemporaine notamment grâce à "The Walking Dead", le zombie revêt de nombreuses significations dans l'imaginaire collectif.

Alors que la saison 6 de The Walking Dead vient de s’achever, MCE a voulu en savoir plus sur la signification du zombie dans la culture contemporaine. Qu’est ce que représente le zombie? Qu’y a-t-il derrière le mort-vivant?

Un avatar de la fin du monde

Héritier des « revenants » du Moyen-Âge dans l’imaginaire occidental, le zombie est souvent vu comme un signe annonciateur de fin du monde. Auteur du livre Zombies: Sociologie des Morts-Vivants, l’écrivain Vincent Paris y voit un symptôme de crise majeure.

« Le zombie est un récit eschatologique, un phénomène social qui reproduit une possibilité de la fin du monde, plus spécifiquement de fin de société. Le zombie, comme virus, s’attaque aux individus. Les êtres humains sont nécessaires à la reproduction de la société, et s’il n’y a plus d’individus – s’ils sont tous zombies! – alors c’est la fin de la société. Les individus sont aussi essentiels à la reproduction du corps social, que l’oxygène est essentiel au fonctionnement de notre cerveau. » Nous confie-t-il.

Le Zombie, symbole de déshumanisation

Pour Géraldine Foin, doctorante en sociologie, le zombie renvoie surtout à un signe annonciateur de pourrissement de l’homme. « Le zombie incarne avant tout la mort, mais pas seulement, c’est une demi-mort. Je m’explique. Le zombie est un être mort, mais qui continue de vivre une vie biologique relancé par le tronc cérébral (comme dans The Walking Dead). Finalement, le mort-vivant incarne non seulement la mort mais également la déshumanisation. C’est une créature qui fascine par sa proximité avec l’Homme. Il a en lui toutes sortes de pulsions agressives, morbides. »

Son apparition a tendance à traduire une peur bien réelle dans la société. « Le zombie peut susciter des angoisses qui sont relatives à l’organisation économique et politique de la société, mais également au rapport entre l’individu et la communauté. Les walkers se tiennent debout, incarnant une partie de la société anonymisée ou dépersonnalisée, pour des raisons sociales ou politiques: ils représentent tour à tour, l’underclass, la classe marginalisée par la société, par les médias : les pauvres, les hooligans ou encore les transporteurs anonymes de la grippe porcine. » Poursuit Géraldine Foin.

La sociologue insiste également sur la place que prend le zombie dans l’imaginaire de certains groupes politiques. « Le zombie est avant tout un symbole de l’anarchie, qui menace de bouleverser l’ordre établi. En effet, certains caractérisent le zombie comme représentant le prolétariat dont les classes dirigeantes auraient absorbé la substance vitale. Dans la perspective anarchiste, le zombie n’est pas une figure emblématique de la classe défavorisée, mais celle de la classe dominante. Pour les anarchistes, la goule représente le capitaliste inconscient, motivé que par la volonté de possessions voir d’extorsion, comme le zombie qui n’aspire qu’à manger. » Ajoute Géraldine Foin.

The Walking Dead: le Zombie, une grande source d’inspiration pour les artistes

Qu’on pense à The Walking Dead, Z Nation ou encore La Nuit des Morts-vivants, le zombie reste un personnage incontournable parmi les amateurs d’horreur. Paul Clément, le fondateur du site My Zombie Culture, évoque la popularité du mort-vivant.

« Le zombie reste pour moi une figure de la culture populaire avec laquelle les artistes peuvent s’amuser. Elle est vraiment modulable et permet de réaliser de nombreuses oeuvres originales sur à peu près tous les supports de la culture (livres, BD, jeux vidéo, film, série, jeux de société etc). » Raconte Paul Clément.

Ce dernier y voit un lien fort avec l’actualité. « Nous sommes à une époque où les discours alarmistes résonnent à tous les étages. Il ne passe pas une journée sans qu’on ne nous annonce un nouveau drame, que l’on mette en avant la capacité auto-destructrice et tout simplement destructrice de l’Homme. Les gens aiment le post-apocalyptique car cela leur permet de vivre cette apocalypse qu’une partie de leur inconscience semble craindre mais également désirer, comme un juste retour des choses. »

Les amateurs de zombies devront notamment patienter jusqu’au 6 octobre prochain pour découvrir le premier épisode de la saison 7 de The Walking Dead sur AMC.

Photo DR