fbpx
Culture
Partager sur

The Man in the high Castle: et si l’Allemagne avait gagné la guerre?

Produite par Amazon Studios, "The Man in the high Castle" se déroule dans les 1960's, dans un monde où l'Allemagne et le Japon ont gagné la guerre.

Imaginez que les forces de l’Axe aient remporté la seconde Guerre mondiale et occupent les Etats-Unis d’Amérique. C’est l’idée qu’a eu Amazon Studios, en s’inspirant du livre écrit par le romancier américain Phlip K.Dick en 1962.

The Man in the high Castle: le pari osé d’Amazon

Avec un premier trailer présenté ce week-end lors du Comic-Con de San Diego, The Man in the high Castke semble bien parti pour marquer les esprits. L’oeuvre de laquelle s’inspire cette série – le livre éponyme de Phlip Dick – a déjà influencé des blockbusters, comme Blade Runner, Minority Report ou encore Total Recall. Diffusé en janvier dernier sur internet par la plateforme d’Amazon, l’épisode pilote de la série a déjà connu un gros succès. The Man in the high Castle devrait sortir cet automne.

La série commence d’ailleurs avec une introduction très palpitante: « En 1947, le IIIe Reich et l’Empire du Japon, après avoir fait usage de la bombe H, remportent la Deuxième Guerre mondiale et se partagent les Etats-Unis. Quinze ans plus tard, alors qu’Adolf Hitler est malade, les tensions politiques entre les deux puissances sont à leur paroxysme. Dans cette ambiance de guerre froide, un groupe de résistants tente de sécuriser les images d’un film secret. Mais les polices japonaise et allemande sont sur leurs traces… »

Un casting exceptionnel

C’est Ridley Scott en personne qui produira cette série. Et on a déjà la liste des têtes d’affiche: Rufus Sewell (Les piliers de la Terre), Luke Kleintank (Les experts: Miami, Pretty Little Liars), Rupert Evans (The Village, Fleming: l’homme qui voulait être James Bond) et Alexa Davalos (Les chroniques de Riddick, Le choc des Titans). On vous laisse découvrir le trailer, très prometteur:

Pas encore annoncée en France, la série devrait sortir plus tard, un petit peu comme le roman de l’époque. Traduit avec un titre poétique, le roman de Philip K. Dick, intitulé Le maître du haut château, était sorti en 1970 dans l’hexagone, soit huit ans après son arrivée aux Etats-Unis.

Photo DR