fbpx
Culture
Partager sur

Simetierre: Quand Jason Clarke se perd au royaume des morts vivants.

simetierre-jason-clarke-perd-royaume-morts-vivants
Partager sur Facebook

Simetierre est la nouvelle adaptation du best-seller de Stephen King. Un film d'horreur qui vous propulse tout droit en enfer.

Simetierre se positionne au 1er rang du classement mondial des best-sellers. Même avant le film « Ça » ou encore Misery adapté au cinéma du célèbre auteur : Stephen King. Simetierre se voit alors pour la deuxième fois adapté au cinéma. C’est Mary Lambert qui avait ouvert le bal en 1989 et rencontré un vif succès. Aujourd’hui c’est donc Kevin Kölsch et Dennis Widmyer qui s’y collent.

Simetierre: Quand Jason Clarke se perd au royaume des morts vivants

Tout commence avec une famille qui emménagent à Ludlow une petite contrée du Maine. Louis Creed le père de famille, son épouse Rachel, leur fille Ellie mais aussi leur petit garçon Gage. Jeune médecin de Chicago, Louis travail maintenant à l’université locale. Leur voisin Judson Crandall un octogénaire, va rapidement devenir un ami de la famille.

Un jour Ellie intriguée par une procession d’enfants grimés par des masques étranges découvre un cimetière d’animaux. Situé sur leur terrain qui s’étend au delà du sous-bois. Une tradition ancestral où des nombreuses générations viennent y enterrer leur animal de compagnie.

D’un autre côté le père, Louis commence son premier jour de travail par un événement tragique. Alors qu’un jeune homme est emmené d’urgence à l’infirmerie suite à un accident ; Louis impuissant le voit mourir sous ses yeux. Il commence alors, à voir des visions. Le fantôme du jeune homme le met en garde. Il ne doit jamais franchir « la barrière ». Louis est alors plongé dans un terrible malaise qui va se prolonger la nuit même. En effet il rêve du jeune homme qui le guide dans la nuit jusqu’au cimetière d’animaux. Avec encore ce même avertissement. Son tourment ne va pas s’arrêter là. Le matin Louis se réveil les pieds plein de terre. Une nouvelle épreuve qui le hante.

Là où tout bascule

Un jour son voisin Judson, vient l’interpeller. Il a trouvé leur chat « Church » écrasé sur la route. Judson propose alors à Louis de l’aider le soir même pour la mise en terre.  mais alors qu’ils s’apprêtent à enterrer le chat dans le cimetière des animaux ;  Judson emmène finalement Louis autre part. Ils franchissent un monticule de branches d’arbres et s’enfoncent dans la forêt. Sombre et inquiétante, ils arrivent au sommet d’une colline. Mais il s’avère qu’ils sont dans un ancien cimetière indien. Ils y enterrent le chat. C’est à partir de se moment que les choses vont complètement dégénérer. Une grave erreur de très mauvaise augure.

Simetierre de Stephen King, un inratable ?

Si la première adaptation du film en 89 rencontre un vif succès, ici les réalisateurs souhaitent repartir du roman plutôt que de la version de Mary Lambert. Une version beaucoup plus psychologique ou l’horreur est placé au coeur du quotidien d’une famille. Un cadre identifiable au plus grand nombre. Si les réalisateurs Kevin Kölsch et Dennis Widmyer ont voulu accentuer les traits psychologiques de chaque personnages ; le rythme du film en est pour le coup fragilisé. Il est plus difficile de rentrer dans l’histoire et de se laisser emporter par le film. Les effets sont attendus et les événements pressenties. On saluera tout de même les performances des acteurs qui incarnent avec beaucoup de justesse leur rôles respectifs. Même si l’histoire reste un chef d’oeuvre on reproche le manque de rythme.

Cette nouvelle adaptation offre une nouveauté quant au récit de l’histoire. Un changement considérable qui apporte pour le coup une véritable force au film. Plus retentissante elle offre un final fulgurant. Comble de l’horreur et de l’épouvante, ils nous laissent sur un climax qui dérange. Le contrat est donc réussit. Un bon film d’horreur avec une bonne dose de psychologique ponctué d’horreur morbide.