Culture
Partager sur

Sex Education: 5 scoops sur le sexe qu’on apprend dans la série Netflix !

sexe qu'on apprend dans la série Netflix grande
Partager
Partager sur Facebook

Si vous n'avez pas encore regardé la série "Sex Education", vous devriez le faire. Voici les 5 scoops que vous allez découvrir.

La nouvelle série Netflix « Sex Education » remet au gout du jour les vieux tabous sur le sexe. Sans prendre de pincettes et en arborant un humour assez trash. Une série décomplexante, qui permet de se sentir à l’aise avec le sexe. Trop souvent considéré comme un sujet qu’on ne doit pas aborder. À travers cette série, voici les 5 scoops sur le sexe qu’on apprend… MCE vous en dit plus.

« Sex Education » la série déculpabilisante

Avec son pitch un poil vulgaire, la série « Sex Education » permet de rentrer dans le vif du sujet sans trop tergiverser. Un ado puceau dont la mère est sexologue. Il ouvre alors un cabinet de thérapie sexuelle clandestin dans son lycée. La série anglaise de l’Australienne Laurie Nunn disponible depuis le 11 janvier sur Netflix est jouissive. Et plutôt déculpabilisante. Elle parle de sexe dans son ensemble. Sans pour autant montrer du doigt les pratiques différentes. Sans prendre de pincette, elle remet les pendules à l’heure. Le sexe n’a rien de tabou ou de honteux. Et cela doit se faire savoir et comprendre. En 8 épisodes on apprend alors plusieurs scoops sur le sexe.

Les 5 scoops que l’on apprend en regardant « Sex Education »

Certains hommes ne sont pas obsédés par le sexe

Dans la série « Sex Education » le héro se trouve aux antipodes de l’ado obsédé. Bien au contraire, il a des troubles et des phobies sexuelles. Ces dernières l’empêchent de se masturber. Et également d’avoir des relations sexuelles. Un comble, pour sa mère, sexologue.

Les filles aussi ont des pulsions sexuelles

Dans la série comme dans la vraie vie, les filles aussi ont des pulsions sexuelles. Trop souvent, on a l’image des filles qui doivent attendre le Prince charmant pour faire l’amour. Mais non. Les filles aussi se masturbent. Elles pensent au sexe et expriment leurs désirs. Pour autant, elle n’en sont pas moins des filles tout à fait respectables.

La virginité des garçons n’a rien de honteux

Voilà le secret que confie Otis à Maeve, qu’il aime secrètement. La virginité d’Otis ne l’empêche en rien d’avoir une attitude d’homme viril. Et heureusement. Car la virilité d’un homme n’a alors rien à voir avec ses activités sexuelles. Contrairement aux idées reçues. On ne gagne pas en virilité à chacun de nos rapport sexuel.

L’homosexualité n’a rien de tabou, ni de problématique

Eric ne cache pas son homosexualité. Et la série insiste lourdement sur le fait que l’homosexualité n’a alors rien de gênant. Il n’y a aucun problème à aimer une personne du même sexe. Et pour ceux qui ne l’ont pas encore compris. Il n’y a rien de mal ou de honteux à ça.

Les hommes ont des sentiments et ne perdent pas leur testicules s’ils les expriment

Pour finir, les hommes ont eux aussi des sentiments. Ils ressentent également des choses. Ils pleurent aussi parfois. Et il n’y a rien de grave là-dedans. Un homme qui exprime ses sentiments ne perd alors pas ses testicules pour autant.