fbpx
Culture
Partager sur

Sense8: la série serait-elle dans la surenchère?

Sense8: la série serait-elle dans la surenchère?

Avec Sense8, il semblerait que Netflix ait visée juste grâce aux Wachowski. Seulement malgré l'idée originale, la série joue un peu la carte de la facilité

Sense8 est une série qui de prime abord semble pleine de surprises et d’originalité, deux qualités grandement recherchées par les fans de séries qui ne savent plus trop quoi regarder. Mais après avoir vu la première saison de Sense8, une question nous taraude: la série ne souffrirait-elle pas des affres de la surenchère? On s’explique.

Sense8: « seule contre dix? Pas de soucis, je fais de la boxe anglaise »…

Sous ses airs de bonne vieille blague franchouillarde se cache en réalité une des scènes de Sense8. Sans blague, un des protagoniste se retrouve à un moment encerclé de toute part et réussi pourtant l’impossible: mettre tout le monde K.O. alors que le personnage en question ne s’est jamais battu de sa vie. La raison? Le fameux lien unissant les héros les uns aux autres bien sûr! En effet, l’un des personnages féminin, interprétée par Doone Bae (Wolverine: le combat de l’immortel), pratique le kick-boxing en salle. Le personnage en difficulté va donc sans le vouloir faire appel aux connaissances de Doone Bae grâce au lien unique établi entre les huits personnages. Et comme chacun le sais, le kick-boxing en salle permet aisément de se débarrasser de pléthore d’ennemis armés sans trop souffrir. Vous commencez à saisir la subtilité de la chose? On pourrait ajouter à cela la compétence « conduire dangereusement » et « je suis la reine de la course-poursuite en milieu urbain pour semer des pros » en faisant appel aux compétences d’un chauffeur de bus qui, tard dans la nuit, enfile son costume et… conduit des bus. Toujouts sur la même longueur d’onde? Alors on peut se lancer dans un autre exemple.

« Je vais te désarmer et te maîtriser, je suis chauffeur de bus »…

La série souffre de ce que l’on appelle donc la surenchère. Sans vouloir détailler plus que ça les pourquoi du comment, les Wachowski trouvent justifié le fait que les personnages excellent dans leur domaine respectifs et on acquis respectivement les meilleures compétences possible. Sur le papier, pourquoi pas. Mais en action… En action ça donne des personnages capables de maîtriser les armes à feu et de mettre hors d’état de nuire un agent spécial surentraîné grâce à la connexion que le personnage partage avec… un simple flic de Chicago. Pas un officier ou un militaire de carrière ayant roulé sa bosse non, un membre de la police locale sans grade amené à faire des patrouilles somme toutes communes avec Donuts et soda de 2L (on charrie). Mais le problème est un problème de fond. Les héros utilisant les compétences du personnage étant acteur, par exemple, peut mentir et embrouiller n’importe qui avec une facilité déconcertante. Les acteurs seraient tous de beaux parleurs donc? Autre problème de taille, malgré quelques interrogations tout au long de ces 13 épisodes, les héros ne semblent pas trop affectés par ces événements étranges qui font dorénavant parti de leur quotidien. Du bon, du moins bon, Sense8 reste un bon thriller pour qui aura la patience de suivre les aventures de nos héros connectés.

crédit photo: Netflix