Culture
Partager sur

Lady Gaga: et si elle abandonnait la musique pour la télévision et/ou le cinéma ?

Partage
Partager sur Facebook

Alors que Lady Gaga peine à renouveler sa carrière musicale, elle cartonne sur les petits et grands écrans. Le temps d’une reconversion serait-il venu ?

Lady Gaga, 32 ans et déjà has-been dans l’industrie musicale ? Non pas que cet article souhaite clouer l’artiste au pilori mais… il faut bien l’admettre : comme dirait Céline Dion, les choses ont changé, le temps d’avant, c’était le temps d’avant ! C’est vrai ça : toutes et tous avons, un jour ou l’autre, remué l’arrière-train sur « Poker Face ». Hurlé à pleins poumons sur « Bad Romance ». Ou encore accusé notre pire ennemi de tous les vices en fredonnant « Judas ». Mais que reste-t-il de cette Gaga, inspirée et inspirante, à son zénith commercialement parlant ? MCE fait le point.

Lady Gaga et le très controversé « Artpop »

C’est un fait qui nous fait presque mal à notre petit cœur. Lady Gaga ne fait plus la pluie et le beau temps au rayon CD. Tout du moins, pas comme jadis. La Bérézina a officiellement été lancée avec « Artpop », le quatrième opus de l’Américaine sorti en 2013. Une galette bien en deçà des productions habituelles de Gaga, tant elle semble manquer de créativité. « Applause », son lead single, n’a pas convaincu le grand public.

Le reste des pistes est malheureusement de la même teneur et sonne comme du « déjà entendu ». Le plus triste ? Artpop est sans contestation possible l’un des projets les plus ambitieux de la chanteuse. Son simple titre annonçait d’ailleurs la couleur. Mais voilà : le tout sonne assez creux, voire déjà ringard. Peut-être la mouture était-elle trop … prétentieuse ?

Alors attention, n’allez pas mal interpréter nos dires. À aucun moment, nous ne condamnons Lady Gaga ou affirmons sa déchéance la plus totale. Mais passé Artpop, la hype est bien loin. Souvenez-vous de la belle époque, où les artistes s’arrachaient sa présence sur leurs disques, dans leurs clips. Dès lors, comment ne pas penser à Beyoncé, reboostée par son duo avec la blonde sur « Telephone » ? Aujourd’hui, que reste-t-il de cette supposée amitié ? Vous le voyez bien : il semblerait que ses propres confrères soient partis. C’est bien connu, quand le bateau coule, les rats quittent le navire… Mais un certain showrunner, lui, n’avait que faire de la réputation entachée de Gaga. Cet homme, c’est Ryan Murphy.

Lady Gaga retrouve un second souffle à la télévision

Certes, il n’est pas le premier à donner une chance à l’artiste de montrer ses talents d’actrice. La « Mother Monster » avait déjà passé une tête dans les films Machette Kills ou Sin City : j’ai tué pour elle. Mais ici, le réalisateur, passionné par les « freaks », lui offre le plus beau des écrins. L’un des principaux rôles de la saison 5 de sa série phare, American Horror Story. Elle y incarne La Comtesse, vampire assoiffée de mode, de sexe et de sang. Le genre horrifique lui réussit et son personnage exubérant au charme ravageur lui va comme un gant. Il n’est d’ailleurs pas sans rappeler celui de Catherine Deneuve dans le nanar culte Les prédateurs. Sa prestation, quant à elle, ne manquera pas d’être saluée – à juste titre- par les professionnels. C’est pourquoi en 2016, elle remporte le Golden Globe de la meilleure actrice dans une mini-série.

Lady Gaga, en route vers l’Oscar ?

Toujours plus loin, toujours plus haut, toujours plus fort, la « Godness of love » pourrait bien rafler un autre prix. Le prestigieux Oscar cette fois-ci ! En effet, sa performance dans la première réalisation de Bradley Cooper, A Star is Born, est source de toutes les spéculations possibles. Dans le long-métrage, exit les artifices, les robes de vamp et les répliques qui font mouche. Place à Stephanie Germanotta (son nom civil), sans make-up, qui joue une chanteuse en devenir, abonnée aux cafés et bars queer.

Bradley Cooper, quant à lui, joue un vieux loup du rock, blasé de la célébrité, alcoolique invétéré. Quand il tombe sur la chanteuse, aux antipodes des produits marketing actuels, c’est le coup de foudre. Cette belle histoire d’amour et de musique a déjà séduit plus d’un million de spectateurs rien qu’en France, et conforte Gaga dans sa carrière d’actrice. Alors quoi, elle devrait lâcher les disques d’or et les studios d’enregistrement pour les plateaux télé et/ou du 7e art ?

Eh bien pas forcément. Si Lady Gaga est aussi convaincante dans A star is born, c’est qu’elle y joue une chanteuse confrontée à l’impitoyable business musical. Pas facile pour son double fictionnel de résister aux sirènes des tubes commerciaux. Ou au changement de look pour mieux séduire son audience. Son personnage le sait : si elle n’est ni spécialement laide, ni particulièrement belle, elle n’a pas forcément le physique de l’emploi. Cela ne vous rappelle rien ? C’est bien sûr : ces pépins, l’artiste les connaît mieux que personne. Si A Star is Born n’est pas une autobiographie… nous n’en sommes au fond pas si loin.

Lady Gaga, à nouveau sous les feux de la rampe

Enfin, comment ne pas noter l’extraordinaire bande-originale du film ? Le mélancolique « Shallow », le tire-larmes « I’ll never love again » digne des plus grandes balades de Whitney Houston… Lady Gaga chante ici dans un registre épuré et cela lui réussi si bien. C’est simple : l’auteure de ces lignes, qui a pourtant délaissé l’Américaine depuis quelques années, écoute ces titres en boucle ! Certaines mauvaises langues ne parleront que de contexte. Et émettront l’hypothèse que si ces chansons étaient sorties indépendamment du film, jamais elles n’auraient connu le succès. Ils n’ont peut-être pas vraiment tort, et après ? Reste qu’on écoute à nouveau Gaga, et nous ne sommes pas les seuls.

En France, l’impulsion de A Star is Born est si forte que le dernier opus de l’artiste, « Joanne », vient de dépasser les 50 000 copies écoulées ! Preuve que nous ne sommes finalement toujours pas lassés de la voix de Gaga. Et qu’il est peut-être bien là, le secret pour que sa carrière musicale reparte tous azimuts : juste un zeste de sobriété. Et un contexte assez accrocheur pour nous emporter à des décibels au loin.

Mélissa Chevreuil