fbpx
Culture
Partager sur

Grey’s Anatomy: Meredith peut-elle (et doit-elle) vraiment retrouver l’amour ?

Partager
Partager sur Facebook

Depuis la mort du Docteur Mamour, les scénaristes de Grey’s Anatomy peinent à trouver des intrigues sentimentales convaincantes au personnage de Meredith …

Depuis la saison 11 (eh oui déjà !), les groupies du Docteur Mamour peinent à tourner la page. D’une façon assez brute et violente (pour ne pas dire pittoresque), Derek Sheperd s’en est allé. Soit l’un des personnages les plus emblématiques de la fiction médicale Grey’s Anatomy. On murmurait qu’en coulisses, le courant ne passait plus avec Patrick Dempsey, son interprète. Reste que pour les fans, la pilule est difficile à avaler. Son protagoniste formait, avec Meredith Grey, le couple modèle, parangon de romantisme un poil cucul mais toujours touchant.

Depuis, le double fictionnel d’Ellen Pompeo traverse les saisons, avec plus ou moins de succès sentimentaux. On a bien cru qu’avec le beau Riggs, la chirurgienne passerait à autre chose, en vain. Mais la doctoresse semblait comme mariée à son métier – et cela de son propre aveu ! C’était sans compter sur les scénaristes, bien décidés à chambouler sa petite vie émotive. En la fourrant au centre d’un triangle amoureux que personne n’aurait pu prédire ! Pour le meilleur ou pour le pire ? S’agissait-il là en réalité d’une FBI ? (=Fausse Bonne idée… avis à ceux qui auront la réf’).

Grey’s Anatomy : le triangle amoureux que personne n’attendait (et ne voulait)

Tout débute en fin de saison 14, où Alex et Joe se marient. Andrew, un chouia éméché, embrasse Meredith. Un accident vite oubliable pensaient alors les fans. Erreur. Allez savoir pourquoi, les showrunners ont senti le juteux filon. Et ont décidé d’inverser l’ancien schéma Derek/titulaire et Meredith/interne.

Mais ce n’est pas tout ! Pour encore pimenter la recette, un troisième ingrédient a été ajouté. À savoir un nouveau beau gosse, le docteur Link, spécialisé en ortho. Meilleur ami de Joe, il est peu ou prou l’archétype même du good guy. Drôle, fiable, sensible, il a été victime d’un cancer étant enfant. Bref, tout pour tirer peu subtilement sur la corde sensible. Joe en est sûre : son bff et Meredith, son mentor, sont faits pour être ensemble. Et ne cesse de tout faire pour aligner les astres. C’était sans compter sur Andrew, qui s’accroche, persuadé que Meredith est la (nouvelle) femme de sa vie…

Grey’s Anatomy : Andrew se rebelle

À l’heure de l’écriture de ces lignes, le docteur Grey a fait son choix. Rassurez-vous, chers lecteurs qui ne suivent pas les diffusions américaines. MCE ne révélera pas le nom de l’heureux élu. Enfin, « heureux »… C’est vite dit ! C’est que, comme moult spectateurs, nous sommes un peu septiques quant à cette love story.

Alors attention, ne nous faites pas dire ce que nous n’avons guère osé clamer. Bien sûr que nous souhaitons le bonheur de cette chère Meredith ! Loin de nous l’idée de la voir en veuve noire, pensant à Derek jusqu’à la fin du soap – quelle horreur. Nous étions même les premiers fans de son tandem avec Riggs. Qu’elle l’abandonne facilement est d’ailleurs un peu un scandale, m’enfin, passons… Ce que nous remettons en cause et ce triangle amoureux, soudain et incohérent. OK, Andrew est très joli garçon, mais d’où lui vient ce béguin soudain ? Tout le monde aurait-il zappé, comme par magie, qu’il y a encore quelques saisons, le jeune homme était avec… Maggie. AKA la sœur de Mer’, tout de même ! On sait bien que dans le Grey-Sloan Memorial Hospital, les personnages ont la mémoire courte, mais il ne faudrait pas non plus nous prendre pour des jambons.

En réalité, on a même de la peine pour l’italien, tant les scénaristes ne savent plus quoi faire de sa personne. L’interne semble changer de personnalité à chaque saison ! Ici, il joue le séducteur mature et sûr de lui. Or, dans les épisodes précédents, Andrew était une âme esseulée, incapable de surmonter le départ de sa petite amie Sam Bello (qui se souvient d’elle, d’ailleurs) ? Une évolution dénuée de sens qui donne l’amère impression d’un personnage écrit à la truelle.

Grey’s Anatomy : et si Link suffisait ?

Pourquoi ne pas s’être contenté de placer Link sur le chemin de Meredith ? Peut-être parce que justement, avec le chirurgien en ortho, tout aurait été trop simple. OK, ce môssieur parfait manque cruellement de charisme et de personnalité. Mais reconnaissez qu’il assure ! Il suffit de voir comment l’homme gère lors d’un goûter d’anniversaire improvisé, se faisant passer pour Thor. Sans doute Meredith aurait bien eu du mal à supporter un esprit aussi positif, elle qui est habituée au cynisme.

Pour rappel, le blondinet préfère distribuer des cadeaux aux jeunes cancéreux le soir de Noel plutôt que de le fêter en famille. Mais justement : c’est parce qu’ils ne ressemblent pas ou que si peu que leur idylle aurait largement suffit à remplir des lignes. Au lieu de cela, nous sommes contraints de regarder le triangle amoureux le plus cheap de l’histoire cathodique actuelle… Merci, mais non merci Shonda Rhimes – la mère de la série !

Mélissa Chevreuil