fbpx
Culture
Partager sur

Fabienne Carat: ses révélations choc sur les coulisses de Plus belle la vie !

Fabienne Carat: ses révélations choc sur les coulisses de Plus belle la vie !

Fabienne Carat, l'une des actrices de Plus belle la vie a fait des révélations très choquantes sur la série.

Alors qu’elle était invitée à la radio VL, Fabienne Carat a fait des révélations choc sur les coulisses de Plus belle la vie ! MCE TV vous raconte donc tout en détail !

Venue pour faire la promotion de son autobiographie, Fabienne Carat s’est aussi confiée sur certains moments du tournage de Plus belle la vie à la radio VL.

Elle a donc parlé du harcèlement du réalisateur. Mais aussi de la discrimination qu’elle a vécu en raison de ses origines maghrébines.

Elle n’oubliera jamais les moments difficiles que lui a fait vivre son réalisateur en Tunisie, en 2015.

Fabienne Carat se confie alors : « Il m’empoigne en me pinçant sournoisement tout en m’obligeant à courir avec lui sur les pavés. »

« Je manque vingt fois de me tordre la cheville mais très concentrée et par miracle, je m’en sors sans une entorse ni une égratignure. Contrairement à ce qu’il cherchait à prouver, je ne suis pas tombée. »

"<yoastmark

Fabienne Carat : « Ça m’a surprise de sentir du racisme »

Fabienne Carat poursuit alors : « Une fois la crise passe, le tournage reprit comme si rien ne s’était passé. Pourquoi me suis-je laissée faire ? »

« Au bout de quinze jours, j’en suis arrivée à me dire qu’il avait peut-être des problèmes avec sa maman. Ou avec les femmes… »

Fabienne Carat a encore du mal à expliquer une telle situation. « Je me dis que ce n’est pas possible de se laisser parler comme ça. De se laisser maltraiter comme ça sur un tournage où je suis l’actrice principale. »

L’actrice a aussi souffert du racisme. Et pour cause, elle a un physique méditerranéen. « C’est étrange. Avant d’arriver à Paris je n’avais pas conscience du fait que je sois typée. »

« Ça m’a surprise de sentir du racisme dans les yeux des personnes âgées. Et puis ce truc de ne pas savoir dans quelle case me mettre. J’étais trop typée ou pas assez, j’étais toujours entre deux. »