fbpx
Culture
Partager sur

Breaking Bad: fans de la série, ils montent leur propre laboratoire d’ecstasy!

Breaking Bad: fans de la série, ils montent leur propre laboratoire d'ecstasy!

A la manière de Walter White/Heisenberg, des Argentins ont monté leur réseau de fabrication et de distribution d'ecstasy avant d'être finalement arrêtés

Alors que les forces de police argentines ont procédé mardi dernier à l’arrestation de l’un des chefs d’un réseau de fabrication et de distribution d’ecstasy, l’un des chefs de la bande arborait fièrement un T-Shirt à l’effigie de son héros: Walter White/Heisenberg.

Breaking Bad, l’exemple à ne pas suivre?

Depuis la fin de la série Breaking Bad, les fans ne savent décidément plus quoi faire pour se raccrocher à leur émission télé préférée. Après que certains fans aient jeter des pizzas sur le toit de la résidence de Walter White, c’est maintenant au tour de fans un peu moins orthodoxes de faire parler d’eux: Un groupe de narco-trafiquants Argentins a été démantelé mardi dernier pour production, recel et distribution de pilules d’ecstasy. D’après l’Express: Le coup de filet de la police fédérale argentine a attrapé 13 personnes, suspectées d’être impliquées dans la production d’ecstasy à Buenos Aires. 30 000 comprimés de cette drogue, valant plus d’un million d’euros, ont été saisis ainsi que du matériel de fabrication, deux armes et 15 voitures de luxe, ont annoncé les autorités. La Breaking Bad attitude serait-elle nocive?

Entre fiction et réalité: la part des chose.

Le secrétaire d’État à la Sécurité Locale, Sergio Berni, a déclaré: Ce sont malheureusement les conséquences de ces séries. Certains vont jusqu’à s’identifier au personnage et ceci en est un exemple clair, l’un d’entre eux fabriquant (la drogue) à la manière Breaking Bad et arborant le t-shirt du biochimiste qui travaille dans la série. Mais jusqu’où peuvent aller les fans de la série Breaking Bad? Le laboratoire en question a été construit dans la même mouvance que celui de Walter White dans Breaking Bad, à savoir dans une banlieue chic de Buenos Aires et d’après le site de L’Express: Les trafiquants, qui étaient issus « de la classe moyenne-aisée, organisaient des fêtes de musique électronique pendant lesquelles ils vendaient la drogue à 200 pesos argentins (environ 20 euros) pour chaque pastille. Selon le Secrétaire d’Etat à la Sécurité, ils se préparaient sûrement à faire de bonnes affaires ce weekend, lors du festival de musique Lollapalooza, qui se tient à une vingtaine de kilomètres de la capitale. Et si d’autres débordements inspirés de la série Breaking Bad étaient à prévoir?

source: L’Express