Culture
Partager sur

Black Panther: des musiques africaines traditionnelles ont inspiré le compositeur de la bande son !

Black Panther- des musiques africaines traditionnelles ont inspiré le compositeur de la bande son !
Partager
Partager sur Facebook

Le compositeur de la bande son du célèbre film Black Panther s’est aussi inspiré de musiques africaines traditionnelles.

Black Panther n’a laissé passé aucun détail concernant son histoire. En effet, les personnages noirs, le pays fictif Wakanda et la culture présente dans le film sont inspirés directement de certaines cultures africaines ancestrales. Mais ce n’est pas tout. Le compositeur de la bande son, Ludwig Göransson, a aussi confié que des musiques africaines traditionnelles pour créer la bande son l’avaient inspiré. Rien n’a été laissé au hasard. Ce célèbre film a déjà battu plusieurs records.

La bande son de Black Panther inspirée de musiques africaines

Pour créer la bande son de Black Panther, le compositeur et producteur Ludwig Göransson a marié des instruments traditionnels africains comme des Tamas mais aussi des Vuvuzelas avec des instruments de musique classique. Et les deux combinés ont donné naissance à une magnifique chanson. Ludwig Göransson a dû voyager au Sénégal. Mais aussi en Afrique du Sud pendant un mois entier pour parfaire sa bande son.

Il a demandé à plusieurs musiciens sénégalais de jouer sur la chanson. Et s’est rendu en Afrique du Sud dans une librairie internationale pour étudier la musique africaine à Grahamstown. Grâce à son voyage il a écrit et enregistré quatre heures de musique.

Ludwig Göransson se confie sur la bande son

Dans une interview accordée à Pitchfork, Ludwig Göransson a expliqué : « À mes yeux, il était important de créer de la musique qui correspondrait culturellement à chaque scène. Par exemple, quand il y a un gros combat, des rythmes traditionnels africains ont été créés il y a mille ans pour accompagner ces moments. »

Le compositeur de la bande son de Black Panther a aussi confié : « Trouver des façons d’utiliser ces rythmes qui ont toujours été présents dans l’histoire du continent pour des scènes du film leur confère quelque chose d’unique. »