fbpx
Culture
Partager sur

Better Call Saul: le spin-off qui dérogera à la règle ?

Better Call Saul le spin-off qui dérogera à la règle

Alors que le cinquième épisode de la première saison de Better Call Saul est sorti ce lundi 02 mars 2015, les chiffres d’audience se veulent plutôt rassurants. Mais pour combien de temps ?

Better Call Saul, c’est un record d’audience historique pour le lancement d’une série, pour un spin-off qui plus est. C’est 4,4 millions de téléspectateurs qui étaient devant leur écran pour accueillir Saul Goodman et ses nouvelles aventures, écrasant les 1.4 millions de téléspectateurs pour le season premiere de Breaking Bad. Cependant, un petit retour en arrière dans l’histoire de la série TV et en particulier du spin-off semble raconter une inquiétante réalité…

L’expérience du spin-off souvent décevante

Bien que Better Call Saul n’ai pas à rougir de son aîné question chiffres, la rétrospective des expériences passées dans le domaine du spin-off n’augurent rien de bon. Les chiffres annoncés par le site internet FiveThirtyEightLife sont même alarmants : pour Joey, le spin-off de la série mondialement connue FRIENDS avec ses 10 saisons ne comptants pas moins de 236 épisodes, seulement 46 épisodes ont vu le jour. Soit une différence de 190 épisodes !

La faute à une trop grande attente de la part des fans et à une série reposant sur les épaules d’un unique personnage, sympathique entouré de ses « Friends » mais dénué d’intérêt lorsqu’il se retrouve seul. Et c’est le cas de bien d’autres spin-off comme Private Practice, comptabilisant 111 épisodes de différence entre elle et sa série d’origine Grey’s Anatomy ou encore Melrose Place et sa réédition de 2009, dont seulement 19 épisodes sont sortis avant l’arrêt simple et définitif de la production de cette dernière contre les 226 épisodes présents dans la série originale. Rien de bien rassurant donc…

Better Call Saul, l’exception qui confirme la règle ?

Bien que la tournure des évènements ne semble pas indiquer qu’un futur désastreux ne se produise pour lui, le spin-off Better Call Saul ne doit pas se reposer sur ses lauriers pour autant. Fort de ses nombreux fans, la série a tout pour réussir : des personnages charismatiques, une intrigue bien menée et un but à atteindre. A savoir : comment Jimmy McGill va basculer du côté obscur de la loi pour devenir l’avocat au quotidien désastreux de Breaking Bad. Vince Gilligan est connu comme étant l’un des meilleurs scénaristes et créateur de sa génération.

Selon les nombreuses interviews auxquelles il s’est prêté, il est conscient d’être sur la sellette et envisage Better Call Saul comme étant certes un spin-off de Breaking Bad, mais surtout comme une nouvelle série à part entière, avec son univers et son identité propre. Seul le temps pourra dire si le succès de Better Call Saul continuera sur sa joyeuse lancée… ou non.

Florent Douay-Pratx

Photo DR