fbpx
Culture
Partager sur

Les Gardiens de la Galaxie : quand James Gunn signe le meilleur Marvel de tous les temps

Les Gardiens de la Galaxie : quand James Gunn signe le meilleur Marvel de tous les temps

Prévu pour le 13 août prochain dans les salles obscures, "Les Gardiens de la Galaxie" s'est dévoilé à la presse en début de semaine. Un film génialissime et déjanté auquel MCE a eu la chance d'assiter. Découvrez la critique

Peter Quill est un aventurier traqué par tous les chasseurs de primes pour avoir volé un mystérieux globe convoité par le puissant Ronan, dont les agissements menacent l’univers tout entier. Lorsqu’il découvre le véritable pouvoir de ce globe et la menace qui pèse sur la galaxie, il conclut une alliance fragile avec quatre aliens disparates : Rocket, un raton laveur fin tireur, Groot, un humanoïde semblable à un arbre, l’énigmatique et mortelle Gamora, et Drax le Destructeur, qui ne rêve que de vengeance. En les ralliant à sa cause, il les convainc de livrer un ultime combat aussi désespéré soit-il pour sauver ce qui peut encore l’être …

Il était attendu au tournant par tous les fans de Marvel. Et il n’a pas déçu, au contraire. Entre humour déjanté, autodérision poussée, personnages génialissimes, scènes d’action explosives et bande-son du tonnerre, les Gardiens de la Galaxie décroche haut la main la palme du film de l’année.

Un scénario délirant et des personnages génialissimes

Avec les Gardiens de la Galaxie, James Gunn signe un scénario impeccable et sans aucune fausse note. Une performance rare de nos jours. L’intrigue est prenante et surtout surprenante. Marvel a bien mené sa barque : les bandes-annonces ne laissent absolument aucun indice sur la rencontre des Gardiens et ce qui va les amener à s’allier. Les Gardiens de la Galaxie désacralise littéralement la figure du super-héros pour nous présenter cinq outsiders aux motivations différentes. Du génial pirate de l’espace Peter Quill à la montagne de muscle Drax prêt à venger sa famille, en passant par l’assassin Gamora, l’étrange arbre Groot et Rocket le raton-laveur surexcité, James Gunn nous offre des anti-héros complètement dingues et déjantés, aux personnalités aussi folles que génialissimes , qui vont donner naissance à une alliance explosive. Les personnages sont d’une crédibilité folle (oui oui, même et surtout le raton laveur fana des armes à feu), campés par des acteurs impeccables ( mention spéciale pour Chris Pratt qui semble né pour interpréter Star Lord ).

De l’action, de l’humour et une BO d’enfer pour « Les Gardiens de la Galaxie »

Un scénario délirant mais qui fonctionne à merveille, teinté de scènes d’actions ahurissantes et visuellement époustouflantes, de combats dans l’espace et autre fusillades intergalactique, qui font évidemment beaucoup penser à Star Wars (les fans du genre apprécieront). Le tout, bourré d’un second degré hallucinant, d’autodérision permanente et d’humour poussé vraiment à l’extrême, avec beaucoup de clin d’oeils et de référence. James Gunn a osé intégrer des séquences hilarantes et totalement inattendues en plein cœur de scènes critiques et décisives. Et ça marche !

Dernier point positif du film : une bande-son impeccable, qui surfe sur les plus gros tubes des années 70/80, de Hooked on a Feeling de Blue Swede à Moonage Daydream de David Bowie en passant par Ain’t No Mountain High Enough de Marvin Gaye et Tammi Terrell (mention spéciale à la scène d’ouverture du film, où Chris Pratt entame une chorégraphie sur une planète déserte, sur Come and Get Your Love de Redbone. Le ton est donné. )

Les Gardiens de la Galaxie est un space opera complètement déjanté, un ovni du genre qui n’a pas peur de sortir des sentiers battus pour offrir un spectacle d’action et d’humour absolument époustouflant. Un carton pour Marvel : James Gunn a signé sans conteste LE meilleur Marvel de tous les temps.

Julie Minvielle