fbpx
Culture
Partager sur

Big Bang Theory : la production en pleine négociation salariale

Big Bang Theory : la production en pleine négociation salariale
Partager
Partager sur Facebook

La saison 8 de Big Bang Theory serait-elle en danger ? La production n'a en tout cas toujours pas démarré, bloquée en pleine renégociation de salaires avec ses acteurs principaux

Big Bang Theory reviendra pour une saison 8 en 2014/2015, c’est une certitude. La série a été renouvelée l’année dernière, sans surprises puisqu’elle domine le paysage des sitcoms aux États-Unis avec 20 millions de téléspectateurs en moyenne. En revanche, un bras de fer oppose pour l’instant les cinq acteurs principaux et la production concernant une ré-évaluation des salaires. Si Mayim Bialik (Amy) et Melissa Rauch (Bernadette) sont signées pour plusieurs saisons, il n’en est rien de nos quatre geeks favoris et de la jolie Penny. Ces derniers n’ont aucune obligation contractuelle, ce qui signifie qu’ils pourraient très bien choisir de claquer la porte en cas d’échec des négociations. Une situation peu envisageable, mais tout de même…

Reprise des négociations

Ce n’est pas la première fois qu’une discorde éclot au sein de la production de Big Bang Theory pour de basses raisons de gros sous. En 2010 déjà, Jim Parsons (Sheldon), Johnny Galecki (Leonard), Kaley Cuoco (Penny), Simon Helberg (Howard) et Kunal Nayyar (Rajesh) étaient entrés en conflit avec CBS. Sauf que, à l’époque, les cinq étaient liés et avaient donc commencé le tournage durant les négociations. Cette fois, ce n’est plus le cas, et le planning prévoit un retour sur les plateaux début août. Deux semaines pour trouver un compromis, sachant que la situation, en 2010, s’était résolue fin septembre.

Pour information, le trio principal reçoit un cachet de 350 000 dollars par épisode en moyenne. Les seconds couteaux, eux, touchent 125 000 dollars. Au vu du succès de la saison 7, qui aurait rapporté près de 3 milliards de dollars à la chaîne Warner TV, les acteurs peuvent rêver à des salaires mirobolants, proches de ceux du casting de Friends, qui touchaient tous près d’un million par épisode.