fbpx
Culture
Partager sur

Vitaa et Maître Gims escroqués par leur ancien manager !

Vitaa et Maître Gims escroqués par leur ancien manager1000

Coup de théâtre pour l'ancien manager de Vitaa et Maître Gims. Ce dernier aurait détourné plus de 300 000 euros sur le dos des deux artistes.

C’est une nouvelle qui a fait les choux gras de la presse musicale. Hier, une enquête a été ouverte au sujet de l’ancien manager de Vitaa et Maître Gims.

C’est la journal Le Parisien qui relate que le procès de l’ancien manager de son label, Monstre Marin Corporation, s’est ouvert. Ce dernier est jugé pour escroquerie.

Il aurait escroqué non seulement Maître Gims, mais aussi la chanteuse Vitaa. Pour rappel, la chanteuse avait intégré le label de Gims, en signant chez Universal Music.

Cette vaste fumisterie remontrait à 2013, date à laquelle Maître Gims quittait le groupe phare, Sexion d’Assaut. Lancé en solo, le chanteur cartonne et passe sur toutes les ondes.

C’est alors qu’il créé son propre label, qui n’est autre qu’une filiale d’Universal Music. Il engage un label manager pour travailler avec lui.

Dans un second temps, le chanteur obtient une somme de 90 000 euros de la part d’une major pour composer un album. Une somme colossale, mais dont il ne verra jamais la couleur, donc.

Vitaa et son manager, Saïd Boussif
Vitaa et son manager, Saïd Boussif

Vitaa et Maître Gims arnaqué, leur manager risque gros

Ce qui met la puce à l’oreille à Maître Gims, c’est lorsque la maison de disques demande à l’artiste de payer site à la parution de l’album Djuna Family. Le chanteur fait un tour sur les comptes du label et s’aperçoit de l’arnaque.

Comme le précise le Parisien, « des dizaines de factures remboursées par Universal sont bidon et n’ont donc jamais existé en vrai ». Et ce n’est pas tout, puisque la chanteuse Vitaa a également fait les frais de ce manager véreux.

En effet, son directeur artistique aurait donc obtenu le remboursement de plusieurs notes de frais. Elles concernaient des locations de limousine pour la chanteuse.

Or, comme le raconte Le Parisien, la jeune femme a donc avoué ne jamais avoir fait appel à ces services. Là encore, il s’agit de fausses factures.

Vitaa ira plus loin, affirmant que son manager aurait donc essayé de noircir son image, en racontant n’importe quoi à son sujet. Pour le moment, le manager nie tout en bloc.