fbpx
Culture
Partager sur

Vegedream: « J’aimerais faire un feat avec Maître Gims » ! (INTERVIEW)

MCE a rencontré Vegedream. Une occasion pour lui de parler de ses featurings, d'évoquer ses futurs projets et biens d'autres choses...

Beaucoup l’ont découvert avec « Ramenez la Coupe à la maison ». Vegedream a pourtant commencé avec son groupe, La Synesia. Il nous raconte alors ses rapports avec la Côte d’Ivoire, ses débuts en solo, son nouvel album « Ategban » et ses feat… Vegedream nous dit tout !

Son dernier album, « Ategban », est sorti le 12 juillet dernier. Au travers de 20 titres, il collabore avec de nombreux artistes. On retrouve notamment son single « Elle est bonne sa mère » en feat avec Ninho et d’autres collab’ avec Dadju, Damso, Alonzo… Un projet riche, qui s’est vendu à plus de 5 000 exemplaires dès la première semaine d’exploitation.

Dans cette interview, Vegedream nous raconte aussi comment il a débuté la musique. « C’est parti de mes parents, mon père écoutait beaucoup de musique. Et du coup, moi j’ai toujours été dedans. Au début, je dansais, puis j’ai voulu danser sur mes propres musiques. C’est parti de ça ! »

Son groupe, Maître Gims, le Canada… Vegedream nous dit tout !

Puis La Synesia, son groupe, l’a propulsé alors sur le devant de la scène. « On ne s’attendait vraiment pas à un tel succès (avec la Synesia, ndlr), on faisait ça par passion. Que les gens nous reconnaissent, avoir de la reconnaissance c’est tout ce qu’on cherchait. » Et malgré la scission du groupe, il nous rassure. « J’ai toujours des bons rapports avec eux. J’étais avec eux hier, avant-hier. »

Vegedream évoque alors une collab’ qu’il envisage pour le futur. « J’aimerais bien faire un feat avec Maître Gims, ça serait bien. Les gens l’attendent aussi beaucoup. » Alors qu’il prépare une tournée canadienne, il revient sur son dernier show là-bas. « C’est un pays que j’ai vraiment kiffé. S’il n’y avait pas ce climat, ça serait le pays où je rêve de vivre. J’aime beaucoup le Canada » !

Vegedream aime aussi ce que la musique transmet, malgré les barrières de la langue. Une universalité qui lui va bien… Une interview à retrouver dans son intégralité ci-dessus !