fbpx
Culture
Partager sur

Top 5 des plus gros clash entre politiques et rappeurs

Top 5 des plus gros clash entre politiques et rappeurs

Entre politiques et rappeurs ce n'est pas l'amour fou. Et d'ailleurs cela vire rapidement au clash.

Ils ne s’aiment pas vraiment, les personnalités politiques et les rappeurs s’affrontent souvent, les uns avec les mots, les autres avec des interdictions de concert. Voici le top des clash :

1- Un duel entre Nekfeu et le maire UMP

Le débat sur la censure dans le rap s’envenime encore avec l’interdiction, par la ville de Nice, de jouer le morceau « Christian E. » de Nekfeu en featuring avec Infinit’, en concert dans la ville. Et la raison est simple, Christian Estrosi, maire de la ville, en prend pour son grade sur plusieurs punchline des deux rappeurs. Déjà en 2014, l’ancien ministre avait porté plainte pour interdire le morceau sur la plateforme de vidéos, YouTube.

2 – Le FN n’aime pas vraiment Maître Gims

Alors que le concert n’a même pas encore eu lieu, la polémique enfle déjà. L’ancien membre de Sexion d’Assaut doit se produire en solo dans la ville de Saint-Avold en Alsace le 14 août 2015 prochain. Mais les élus frontistes de la région demandent à la ville d’annuler le concert. Dans un communiqué de presse du Front National de Moselle et dévoilé par Loractu : le parti, s « indigne du budget prévu pour l’organisation de ce concert et soutient totalement cette pétition ».

3 – FN en plein clash avec NTM, le Var ne verra pas le groupe

Ce premier clash date de 1996. Alors que le groupe doit se produire à Chateauvallon, le préfet, Jean-Charles Marchiani décide d’annuler le concert expliquant qu’ « En tant que représentant de l’État, en tant que chrétien et en tant qu’homme, je ne peux pas laisser passer une telle atteinte à la dignité de la femme et de la mère de famille ». Une décision saluée par l’ancien maire frontiste de Toulon », Jean-Marie Le Chevallier.

4 – Booba et la Guadeloupe… ce n’est pas l’amour fou

Booba aime les Antilles, et le rappeur en a même profité pour tourner un clip, Mové Lang. Le titre est un featuring avec le chanteur haïtien Gato et le rappeur guadeloupéen Bridjahting. Un morceau en français et en créole qui a fait un véritable carton. Pourtant, Booba n’a pas le droit de se produire sur l’île. En cause dans le clip A4, le rappeur avait fait appel à des enfants avec de… vraies armes à feu ! Ce qui n’est pas vraiment du goût des habitants de l’île.

5 – Le Front National n’aime pas le rap et encore moins IAM

En 2012 à Orange, le groupe IAM s’est vu taxé « d’intolérant et sextaire » par Jacques Bompard, un ancien membre du parti politique de Marine Le Pen. Alors si le groupe ne se produit pas dans la ville suite à cette polémique, il décide alors de se déplacer de quelques kilomètres pour un concert à Vaison-la-Romaine un mois plus tard.