Culture
Partager sur

Rixe à Orly: les détails des dépositions de Booba et Kaaris révélés

Rixe à Orly: les détails des dépositions de Booba et Kaaris révélés
Partager
Partager sur Facebook

Alors que Booba et Kaaris sont sortis de prison en attente de leur procès, les détails des dépositions des deux rappeurs viennent d'être révélés.

Suite à leur bagarre à l’aéroport d’Orly, Booba et Kaaris ont fait des déclarations auprès de la police. Ces dépositions sont aujourd’hui dévoilées. MCE TV vous donne tous les détails !

Les dépositions de Booba et Kaaris révélées

Lorsque Booba et Kaaris ont été placé en garde à vue, ces derniers ont livré leur version des faits dans une déposition. Aujourd’hui, le Journal Du Dimanche révèle les dépositions des rappeurs.

Ainsi, on apprend que B2O devait se rendre dans la boîte de nuit le Pacha pour un showcase. Celle-ci se trouve à quelques mètres du club Le Shôko dans lequel son rival devait lui aussi chanter. Selon le Duc, l’interprète de K2A aurait eu un regard provocateur à son égard. Le rappeur a ensuite avoué qu’il a frappé un proche de son rival avec une bouteille de parfum, plaidant la légitime défense. De son côté, Kaaris a affirmé que c’est Booba qui a déclenché la bagarre en lâchant « son sac par terre en courant vers moi ». K2A aurait reçu le premier coup.

Booba et Kaaris remis en liberté

Suite à leur bagarre à Orly, Booba et Kaaris furent placés en détention provisoire en attendant leur jugement. Jeudi 23 août, on apprenait que les rappeurs se retrouvent en liberté sous contrôle judiciaire ! En effet, on le rappelle, les deux hommes devaient rester en prison jusqu’à la date de leur procès. Une décision de justice permet donc à B2O et K2A d’être en liberté sous contrôle judiciaire.

Selon Le Parisien, « Les juges ont accepté de libérer les deux artistes, en les plaçant sous contrôle judiciaire. » De plus, les rappeurs devront chacun verser 30 000 €. Comme ils sont sous contrôle judiciaire, ils ne devront pas quitter le territoire jusqu’à leur procès. L’avocat de Kaaris, Yassine Yakouti, déclare : « La levée d’écrou devrait intervenir dans la matinée. » Un autre conseiller de Kaaris, Me David-Olivier Kaminski, ajoute : « En matière de comparution immédiate, la détention se justifie lorsque les faits sont gravissimes. Or cette bagarre a entraîné moins de 8 jours d’ITT et les garanties de représentations sont parfaites. »