fbpx
Culture
Partager sur

Rap et littérature à la Maison de la Poésie le 27 juin

Rap et littérature à la Maison de la Poésie le 27 juin

La Maison de la Poésie organise une journée autour des liens que tissent le rap et la littérature le 27 juin. Au programme: conférences et débats avec des artistes

La Maison de la Poésie est avant tout une scène littéraire ayant pour volonté de faire se rencontrer toutes les formes d’expression. Pour ce faire, elle vous propose le 27 juin une journée exceptionnelle autour des liens que tissent le rap et la littérature avec entre autres Kohndo, Vîrus ou encore Kacem Wapalek.

À 14h assistez à la conférence : « La plume et le bitume » du stylo au micro en présence de Christian Béthune, Benoît Dufau, Emmanuelle Carinos, Anne-Marie Paillet, Kacem Wapalek, Kohndo & Vîrus.Proposer une analyse stylistique du rap français, tel est l’objectif de « La Plume et le Bitume », le séminaire d’élèves qu’Emmanuelle Carinos et Benoît Dufau organisent à l’ENS Ulm et qui se poursuit ici. Avec le musicologue Christian Béthune et la stylisticienne Anne-Marie Paillet, cette journée d’études interrogera le caractère hybride, à la fois écrit et oral, du « style que t’entends » (Booba), et les jeux stylistiques qui en résultent. Les communications seront suivies d’une table-ronde avec les rappeurs Kacem Wapalek, Kohndo (La Cliqua) et Vîrus, sur l’écriture, le style et le flow.

Pour prolonger et conclure cette journée de réflexion et de dialogue, et ouvrir l’horizon sonore des mots, trois rappeurs s’essaient au jeu du concert littéraire le 27 juin à 20h30.

De La Cliqua à Intra-Muros, Kohndo décloisonne le rap et les esprits par la soul, le jazz, la mélodie : « Pour sortir de ces murs/ Leur droite texture/ À travers la mélodie j’ai choisi mon phrasé ». Ses mots : une musique qui fait vibrer corps et âme. « Un seul adjectif convient : explosif ! » Il sera accompagné pour son set de Fred Melosax au saxophone.

« Tout c’que t’occultes, moi je l’ausculte » : du Choix dans la date à Faire-Part, Vîrus dissèque la société, ses normes et son langage stéréotypé. Jeux de mots, humour noir, homophonie, cacophonie… c’est un véritable « cafarnaüm » verbal et mental que Vîrus rappe sur les musiques sombres de Banane.

En « typographe de la langue » comme il se qualifie, Kacem Wapalek déploie son flow éraillé extrêmement singulier, et fait vibrer une grammaire poétique qui multiplie jeux de mots, collages et allitérations, qui éclatent sur une musique mêlant jazz, funk et blues. Ce concert est l’occasion de présenter son premier album « Je vous salie ma rue », sorti en avril.