fbpx
Culture
Partager sur

Procès Rohff: confusion autour de la santé mentale du rappeur !

Procès Rohff: confusion autour de la santé mentale du rappeur !

Rohff comparaîtra ce vendredi pour des "violences aggravées" commises en avril 2014, dans une boutique Unkut, la marque de Booba !

Les faits remontent à avril 2014. Rohff est accusé d’avoir violemment frappé un vendeur de la boutique Unkut des Halles (Paris 1er). Vendredi 29 septembre, le rappeur devra s’expliquer devant un tribunal parisien. MCE TV vous donne tous les détails !

Du clash virtuel avec Booba à l’agression dans une boutique Unkut !

Cette agression violente s’inscrit dans un cadre de tension permanente avec son rival, Booba. En effet, voilà plusieurs années déjà que les deux tauliers du rap français se clashent. Et un jour d’avril 2014, les choses sont allées trop loin et les clashs ont dépassé la limite du virtuel.

Toute la scène a été filmée par les caméras de surveillance de la boutique. On reconnaît Roh2f entouré d’une dizaine de personnes, pénétrer dans le magasin pour tabasser violemment un vendeur. Dans le feu de l’action, un second vendeur se fait agresser et reçoit la caisse enregistreuse sur le visage. La boutique a été saccagée. Rohff se rendra le lendemain à la police et passera deux mois en détention provisoire.

Rohff souffrirait de paranoïa !

Ce vendredi, l’audience se penchera tout particulièrement sur la personnalité du rappeur. En effet, un premier expert décrit un « fonctionnement de personnalité narcissique, dans un contexte mégalomaniaque à structuration nettement paranoïaque« . Ce même médecin a aussi diagnostiqué « un trouble de personnalité mixte, paranoïaque et de type limite psychopathique« .

Ainsi Rohff serait considéré comme étant un être « dangereux sur le plan psychiatrique pour la société et pour lui même » selon la synthèse relevée dans le réquisitoire. Il faut tout de même préciser qu’un second psychiatre réputé, (et sollicité par la défense de Rohff…), a tiré des conclusions inverses. Il affirme en effet que l’interprète de « Hors de Contrôle » « ne présentait pas de pathologie mentale, ni une personnalité pathologique ». Davantage de détails seront révélés vendredi, dès la fin du procès de Rohff.