Culture
Partager sur

Rixe à Orly: Booba et Kaaris restent en détention provisoire

Rixe à Orly: Booba et Kaaris restent en détention provisoire
Partage
Partager sur Facebook

Alors que Booba et Kaaris, ainsi que leurs amis présents lors de la bagarre, avaient fait une demande de remise en liberté, celle-ci vient d'être refusée.

Les choses ne semblent pas s’améliorer pour les rappeurs ennemis, Booba et Kaaris. On apprend aujourd’hui que les deux hommes resteront donc bel et bien en prison. Et cela, jusqu’à leur procès prévu le mois prochain. MCE TV vous donne tous les détails !

Booba et Kaaris restent en prison en attendant le procès

Ce mardi 14 août, le tribunal correctionnel de Créteil (Val-de-Marne) a refusé la demande de remise en liberté déposée par Kaaris. A noter que Booba a préféré retirer sa demande. Les deux rappeurs resteront donc en détention provisoire dans l’attente de leur procès en septembre pour leur bagarre à l’aéroport d’Orly. Leurs amis restent eux aussi en prison.

Le cas de K2A a alors été examiné en premier par le juge. Le rappeur et ses trois amis resteront donc à Fresnes. Du côté de B2O, les choses ont été plus rapides puisqu’il avait retiré sa demande. Il a lui-même déclaré à la barre : « Je retourne en cellule ». En attendant, il va donc regagner Fleury-Mérogis.

D’après les caméras de surveillance, Booba a porté le premier coup

Le 1er août, Booba, Kaaris et leurs amis étaient à l’aéroport d’Orly. Ils attendaient de monter dans un avion à destination de Barcelone. Les deux hommes devaient alors y donner un showcase le soir-même. Leur rencontre a donné lieu à une bagarre générale qui a bloqué une partie de l’aéroport. Après deux nuits en garde à vue, les rappeurs et neuf autres personnes ont fini au tribunal. Le procès pour violences aggravées aura lieu le 6 septembre.

En attendant, les différents protagonistes sont placés en détention provisoire. Ils risquent jusqu’à sept ans de prison et 100 000 euros d’amende. Si les deux camps se rejettent la faute. Cependant, la lecture du procès-verbal d’exploitation des caméras de surveillance indique que c’est Booba qui a porté le premier coup.